Le 4 octobre dernier, le Guardian a dévoilé la liste des soixante meilleurs joueurs de la génération né en l’an 2000. Une prestigieuse liste dans laquelle on retrouve deux Français : Yacine Adli (Paris Saint-Germain) et Amine Gouiri (Olympique Lyonnais). Ce dernier tient toutes ses promesses lors de la Coupe du Monde U17. Lors du tournoi qui a lieu actuellement en Inde, le natif de Bourgoin-Jallieu a déjà claqué 4 buts en 2 matches. Auteur d’un doublé lors de la victoire 7 à 1 face à la Nouvelle-Calédonie, il a récidivé en inscrivant les deux buts face au Japon (2-1). En forme, celui qui est le meilleur buteur de la compétition porte donc l’équipe de France, première du groupe E avec la meilleure attaque (9 réalisations). Mais il s’était déjà montré à son avantage lors de l’Euro U17 en mai dernier en claquant 9 buts en 5 rencontres, une performance jamais réalisée alors. Pétri de talent, le joyau tricolore démontre qu’il a tout pour être un futur grand. En attendant, c’est à Lyon qu’il fait ses gammes.

Un surdoué du ballon rond

Un club où il a croisé la route d’Armand Garrido. Celui qui est entraîneur de la réserve lyonnaise nous confie. « Amine je l’ai connu en U17. Il a fait une saison avec moi quand il était en 16 ans et il est monté très vite en National 2. Ça a toujours été un garçon qui était en avance sur les autres. Il a toujours été dans des catégories d’âges supérieures. Aujourd’hui, il joue logiquement en National 2 à 17 ans et il s’entraîne très fréquemment avec les pros ». Il faut dire que ce surdoué du ballon rond possède déjà de nombreuses qualités pour évoluer plus haut. « Amine c’est un garçon qui a des qualités exceptionnelles pour son âge. Des qualités de puissance, de vitesse, de frappe. C’est un buteur. Il aime le but. C’est un garçon qui aux abords de la surface peut être très efficace. C’est un vrai buteur ».

Armand Garrido en a vu passer d’autres au sein du centre de formation, à l’image de Karim Benzema, dont on cherche encore l’héritier ente Rhône et Saône. « On va dire qu’il peut avoir un petit quelque chose (de Benzema). Mais ils n’ont pas les mêmes qualités. Benzema, c’est un joueur qui profite plus des espaces. Amine joue plus proche de la surface. Karim est un joueur qui a un volume très important par rapport à Amine ». Un point sur lequel le footballeur né en 2000 doit encore logiquement travailler. « Il doit encore progresser là-dessus. Il a encore beaucoup de travail à faire. C’est un jeune joueur. Attention, il est né en 2000. Il n’a que 17 ans. Il s’entraîne déjà avec les pros ce qui est exceptionnel. Jouer en National 2 à son âge est un plus. Il va découvrir, apprendre au fur et à mesure de la compétition et des matches de haut niveau. C’est surtout ça qu’il lui faut pour progresser. Évoluer en National 2, c’est déjà du haut niveau pour son âge. Il va apprendre beaucoup de choses en jouant, en se confrontant à des garçons plus mûrs et plus costauds. De lui-même, je pense qu’il va améliorer son jeu ».

En apprentissage à l’OL

S’il n’a pas encore joué avec les pros cette saison en Ligue 1, celui qui est arrivé en juillet 2013 à l’OL a déjà joué à 4 reprises avec la réserve. Le temps pour lui de trouver le chemin des filets à 2 reprises. « Son début de saison n’est pas inintéressant. Il joue en National 2, il s’entraîne avec les pros et joue même de temps en temps avec. En ce moment, il est avec l’équipe de France », explique Armand Garrido. Il poursuit : « Sa situation n’est pas vraiment stabilisée. Donc, il faut arriver à gérer tout ça. Le joueur doit gérer tout ça. Nous, on doit l’aider à gérer tout ça. Aujourd’hui, je pense qu’il peut faire beaucoup mieux que ce qu’il fait. Là, il est dans une situation un peu plus stable avec l’équipe de France car il n’est pas dans le mouvement. On voit des résultats très intéressants sur ses deux premiers matches où il a marqué. Je pense que chez nous ça va être la même chose à partir du moment où il sera un peu plus stabilisé ».

À tout juste 17 ans, Amine Gouiri semble avoir l’avenir devant lui. Le jeune homme, qui a signé un nouveau contrat avec l’OL cet été, crève l’écran en Inde. Tout le monde en parle. « Je ne suis pas surpris », assure Garrido. « Vous savez, on parle beaucoup d’Amine et d’autres aussi. C’est normal. Ce sont de jeunes joueurs talentueux. Ils ont l’avenir devant eux. Il y a beaucoup de convoitises, de regards extérieurs ou de gens qui s’y intéressent. Ce n’est pas surprenant dans le monde où l’on vit aujourd’hui qu’on parle autant d’Amine ». Mais la pépite lyonnaise peut compter sur lui pour rester sur le bon chemin et avancer petit à petit vers le groupe pro. « Ça fait partie des choses dont on s’occupe avec les gens qui s’occupent de lui. Il faut que l’on fasse attention à tout ça. C’est surtout le joueur qui doit prendre du recul par rapport à ce qu’il peut se passer autour de lui-même. Il faut qu’il comprenne que la route est encore longue. On peut être vite médiatisé mais on peut aussi redescendre très vite. Il faut se montrer patient. Ce sont de jeunes joueurs, lui ou d’autres, on doit être patients. Il faut laisser du temps au temps ».