La tension est encore montée d’un cran entre le président du Stade Rennais, Olivier Létang, et la direction de l’arbitrage. Dimanche dernier, à l’issue du choc de la 8e journée de Ligue 1 entre l’Olympique de Marseille et le SRFC (1-1), le patron du club breton avait fustigé l’arbitrage de M. Schneider. La raison ? Une faute commise sur Hamari Traoré non sifflée juste avant l’action amenant l’égalisation marseillaise sur corner et une main de Kevin Strootman dans la surface phocéenne également non sifflée. Très agacé, Létang avait d’ailleurs invité le patron des arbitres français, Pascal Garibian, à sortir du silence suite à ses propos dimanche soir en zone mixte.

« Pour être totalement transparent avec vous, j’avais écrit à M. Garibian avant le match parce que ceux qui sont Rennais connaissent l’historique de M. Schneider avec le Stade Rennais. J’ai trouvé, moi, assez surprenant que pour un match comme celui-là, au Stade Vélodrome, que M. Schneider soit l’arbitre de la rencontre. J’avais écrit à M. Garibian en l’alertant avant la rencontre. Malheureusement, j’ai eu raison. Tout le monde a vu qu’il y avait un penalty qui n’a pas été sifflé. Je ne sais pas pourquoi le VAR n’a pas été utilisé. Pour faire avancer le débat, j’invite M. Garibian à venir nous expliquer, surtout aux acteurs. Aujourd’hui, c’est un capharnaüm. Plus personne ne comprend absolument plus rien. »

Sollicité, Garibian avait alors répondu à Létang dans les colonnes de Ouest-France. « La Direction Technique de l’Arbitrage a toujours été ouverte au dialogue avec les clubs, avant et pendant la saison. Cet été, comme à chaque début de saison, elle a proposé aux clubs de Ligue 1 de venir chez eux pour évoquer la saison à venir. Douze clubs ont répondu à l’invitation et ont reçu la DTA ou un arbitre de Ligue 1. Ce n’est pas le cas de Rennes. Ces discussions ont un caractère technique, sur l’application des lois du jeu. Elles ne doivent évidemment pas porter sur la probité et l’honnêteté des arbitres, qui ne sauraient être remises en cause ». Avant ça, Garibian s’était également fendu d’un commentaire acerbe dans les pages de L’Équipe. « À aucun moment, un club ne peut récuser un arbitre. C’est complètement prohibé. (...) Mais, partir du principe qu’un club pourrait remettre en question l’honnêteté d’un arbitre, il en est hors de question. Les arbitres sont tous honnêtes et intègres ». Une réaction qui n’est pas restée sans réponse. Le Stade Rennais vient en effet de publier un long communiqué signé par son président dans lequel ce dernier ne semble visiblement pas satisfait de la réponse de Garibian.

Létang répond à Garibian

« En reprenant ainsi ce que nous sommes nombreux à penser partout en France, quel que soit son club, qu’ai-je donc dit pour mériter les foudres du parti des arbitres ? J’ai tout d’abord défendu légitimement mon club, le Stade Rennais F.C. qui, de l’avis unanime, a, à ce jour, perdu beaucoup de points, ce qui fausse le championnat. Je demande ensuite des explications devenues vitales pour la bonne compréhension de notre sport et on me répond "odeur rance de complots... rumeurs écœurantes de malhonnêteté …vindicte populaire… méthodes douteuses et sournoises… fantasmes éculés…" Une telle dialectique n’est ni ouverte, ni propice au dialogue ! Non, Messieurs et Mesdames les arbitres, ne vous en déplaise, je n’ai nullement la volonté de dénoncer votre honnêteté et votre intégrité (que je ne mets d’ailleurs aucunement en doute). J’ai pour seule préoccupation de comprendre pourquoi l’application des règles devient de plus en plus subjective et aléatoire. Mes joueurs, mon staff et moi-même avons besoin de votre aide pour discerner ce qui est permis et ce qui ne l’est pas. Nous avons besoin de vous écouter pour que vous nous expliquiez pourquoi ce qui est sifflé sur un match ne l’est pas sur un autre et pourquoi même ce qui est sifflé par un arbitre peut maintenant être annulé sous la vindicte des joueurs », écrit Létang, avant de poursuivre.

« J’ai conscience qu’être arbitre est un métier difficile, pénible et désormais extraordinairement exposé. Bref, nous avons besoin de comprendre ! Présidents, entraîneurs, joueurs, délégués, supporters, commentateurs… nous avons tous besoin de bien maîtriser l’application des lois du jeu pour retrouver le fil d’un football trop souvent illisible qui nous échappe. Je ne suis pas naïf, des interrogations et des désaccords il y en a toujours eu et il y en aura toujours, mais très sincèrement croyez-vous que cette production quasi industrielle d’incompréhensions, boostée par l’utilisation ou non du VAR, soit bénéfique à notre sport et nous ouvre un bel horizon ? Personnellement je ne le pense pas et c’est pourquoi, cher corps arbitral, je sollicite votre aide pour retrouver rapidement une bonne lecture de notre passion commune. Vous en remerciant par avance. » À bon entendeur.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10