Au milieu du mois de janvier, nous avions affaire à un André Villas-Boas qui semblait passablement énervé. Il avait même jeté un flou sur son avenir en tant que coach de l’Olympique de Marseille. Mais cela, c’était avant ce 20 février, aucun départ en janvier (aucune arrivée non plus), et surtout onze points d’avance sur le troisième (Rennes) et douze sur le quatrième (Lille). Par conséquent, il semble que le Portugais commence déjà à se projeter sur la saison prochaine.

« On a parlé souvent de la saison prochaine. On attend du club de savoir plus ou moins quels sont les intérêts pour l’année prochaine. Je pense qu’on aura cette réunion en mars. Quand on a réussi cet écart qui nous donne de la tranquillité, si ça continue jusqu’à la trêve internationale on verra », a-t-il commencé à expliquer à propos des réunions avec Andoni Zubizarreta, son directeur sportif, afin de dessiner les contours du futur effectif de l’OM pour l’année prochaine.

André Villas-Boas veut débuter les négociations pour les transferts

« Ce n’est pas à moi de dire ce qu’il faut. On attend Jacques-Henri et Frank, qui sont à la direction du club. Il faut attendre le moment juste pour démarrer des conversations comme ça. Maintenant avec cet écart, on peut commencer à regarder avec un autre oeil la saison prochaine. On a un problème évident de vente. La punition qui est tombée sur City est une alerte, une première. Deux, on va voir ce qui se passe au TAS, ça peut changer et inverser les choses. Maintenant je pense que le club reste plus important que toutes les saisons à venir. Il faut vendre des joueurs, malheureusement on doit attendre. Le plus important est de trouver le chemin pour savoir où on va pour le futur », a-t-il ainsi poursuivi.

Alors que les supporters s’inquiétaient, André Villas-Boas a expliqué qu’en tant que professionnel, il était de son devoir d’anticiper la saison prochaine et rien ne semble laisser croire qu’il va quitter le navire précipitamment. « Je ne sais pas. L’unique chose que je dois faire comme professionnel avec deux ans de contrat, c’est être préparé pour la saison prochaine et Andoni aussi. Quand on a des joueurs qui nous intéressent, il faut les contacter et démarrer les négociations, parler avec eux. Voir qui nous intéresse et qui ne nous intéresse pas. C’est pareil pour les prolongations de contrat. Ce sont des questions qu’on peut démarrer maintenant avec la distance qu’on a creusée », a-t-il ainsi poursuivi et conclu. On dirait presque que, cette fois, l’OM s’est organisé !