Pas un jour ne se passe sans que la presse anglaise fasse des titres sur l’avenir de Mesut Özil et Alexis Sanchez à Arsenal. Les deux hommes négocient avec le club londonien les modalités d’une prolongation de contrat, qui doit s’accompagner, pour chacun, d’une belle revalorisation. Sous contrat jusqu’en 2018, les deux leaders techniques des Gunners savent qu’ils sont en position de force. Et sont, qui plus est, encensés par les consultants, à l’image de Thierry Henry, pour qui les laisser partir serait une erreur monumentale.

« Arsène Wenger et le club sont suffisamment intelligents pour savoir que sécuriser ces deux joueurs est primordial. (…) Vous devez construire l’avenir du club autour de ces joueurs-là », glissait encore l’ancien attaquant français récemment. Mais la réalité des négociations rend les choses bien plus complexes. Alexis Sanchez gagne 155 000 euros par semaine actuellement et souhaite quasiment doubler son salaire en passant à 297 000 euros par semaine.

Arsenal loin du compte

La dernière offre d’Arsenal, selon le Daily Mirror, s’élève à 214 000 euros par semaine. Soit une revalorisation conséquente, mais encore insuffisante pour le clan du joueur chilien. Âgé de 27 ans, l’ancien joueur du Barça appuie ses demandes salariales grâce à une offre reçue de Chine à hauteur de 476 000 euros par semaine.

Les négociations ne sont donc pas achevées entre Arsenal et Alexis Sanchez. Le temps va commencer à compter puisque si aucun accord n’est trouvé d’ici la fin de saison, le Chilien abordera la prochaine intersaison dans la peau d’un joueur bientôt libre. Il y a quelques jours, Arsène Wenger refusait de s’inquiéter en parlant des cas Sanchez et Özil. « Dix-huit mois, c’est long dans le football. Ils sont complètement impliqués dans le projet et ce sera le cas tant qu’ils seront ici. »