Quand on voit N’Golo Kanté, on souligne bien volontiers son humilité et sa gentillesse. Parfois, il l’est trop ce qui peut être à double tranchant dans ce milieu. Voici quelques jours, nous apprenions que le milieu de terrain des Blues avait porté plainte contre son agent d’image, Nouari Khiari, pour escroquerie et abus de confiance. Mais visiblement, cette histoire est plus compliquée qu’il n’y paraît et Mediapart, ce mercredi, nous permet d’y voir un peu plus clair.

En mars 2017, à Rueil, celui qui sera champion du Monde avec les Bleus de Didier Deschamps plus d’un an plus tard, vit un séjour plus que compliqué. Aux Géraniums, une cité dans la ville des Hauts-de-Seine, Kanté est pris à parti par plusieurs hommes. Rachid Saadna, l’un des conseillers de Kanté, et son frère Houari vont menacer de tuer son agent. « Mon frère se fait racketter, il se fait voler, léser. […] Je te donne le choix. Tu travailles avec un avocat et tu arrêtes de travailler avec l’autre. Écoute, moi je ne rigole pas, soit tu arranges l’affaire ou soit Karim Douis (l’agent de Kanté, ndlr), je le descends, point final », explique Houari, visiblement furieux que Douis n’ait pas donné la somme promise à son frère sur la commission qu’il a touchée pour le transfert à Chelsea (4, 8 M€).

Il dément avoir été menacé

Kanté menacé avec une arme ? La rumeur s’est propagée visiblement si on en croit Mediapart mais le joueur, lui, a éludé quand il a été interrogé par ses proches. « Cette réaction ne m’a pas surpris. N’Golo est extrêmement discret et parle très peu, surtout de ses problèmes. Quand on lui dit des choses fausses, il dément. Quand c’est vrai, il esquive », a expliqué un de ses amis. Mais cela ne s’est pas arrêté là puisque Rachid Saadna a porté plainte, en mai 2019, pour menaces de mort proférées par Douis en ces termes : « celui qui veut trop me chercher, moi j’ai des équipes, […] je connais des Russes, des Albanais, les mecs je les paie et ils fument qui je veux ». Ambiance.

Après son rendez-vous avec Douis, l’agent d’image Nouari Khiari contacte N’Golo Kanté et ce dernier lui explique que tout est arrangé. Toutefois, Saadna précise au joueur, qui ne niera ni confirmera les faits, que s’il avait des problèmes, il pouvait lui en parler. Interrogé par Mediapart, le joueur a tenu à rassurer tout le monde : « je trouve votre question tendancieuse. Je suis un professionnel du football, je ne vis pas dans un monde de voyous », démentant absolument avoir été menacé avec une arme. Une affaire dont ce serait forcément bien passée le joueur, qui revient de blessure, et qui va très vite devoir se remettre dans le bain avant l’Euro 2020 avec les Bleus l’été prochain.