Le feuilleton des derniers mercatos. La saga Alexis Sanchez a tenu en haleine tous les passionnés de ballon rond ces derniers mois. Entre les tentatives de prolongation d’Arsenal et les approches du PSG et de Manchester City l’été dernier, le Chilien a été la grande vedette du marché des transferts. Un premier rôle qu’il a encore tenu cet hiver 2018. Finalement, à six mois de la fin de son contrat chez les Gunners, l’ancien joueur du FC Barcelone a pris tout le monde à contre-pied. Car c’est chez les pensionnaires du Théâtre des Rêves qu’il a décidé de poursuivre sa carrière. Un choix qui a étonné puisqu’on le voyait plutôt atterrir à Man City. « Alexis, c’est particulier. Déjà, rappelons son arrivée. Sans doute la plus invraisemblable dans un mercato d’hiver, notamment en termes de communication », nous explique Salim Baungally, journaliste à SFR Sport et spécialiste du foot anglais.

Un impact décevant pour le moment à MU

« Je pense que Manchester United doit tout gagner parce que c’est un gros club. Le blason du club en dit long. Je suis venu ici pour gagner des choses. J’ai quitté Arsenal parce que je veux progresser en tant que joueur et apprendre, et avoir une expérience dans un nouveau club. Manchester United est un club énorme au niveau mondial. Je suis venu ici pour tout gagner. Sinon, je ne serais pas venu ». Justement, où en est-il aujourd’hui ? Arrivé le 22 janvier à MU, l’attaquant âgé de 29 ans a disputé 9 matches toutes compétitions confondues avec son nouveau club. Dans le détail, 6 en Premier League, 2 en FA Cup et un en Champions League. Il a été titularisé à tous les matches. Au niveau de ses statistiques, il n’a marqué qu’un seul but (face à Huddersfield) et délivré deux passes décisives. Un rendement jugé faible pour un élément dont on attendait beaucoup à Manchester. D’ailleurs, les critiques ne se sont pas faites attendre.

Jamie Carragher, ancien joueur de Liverpool et consultant pour Skysports (avant sa mise à l’écart), a dit de lui la semaine passée après le match contre Crystal Palace (5 mars). « Tu mentionnes Pogba, mais je pense que Sanchez a été pire. Il a perdu 19 ballons en première période, c’est incroyable. On parle d’un joueur qui est censé être un joueur de classe mondiale. C’est comme si Pogba et Sanchez étaient deux enfants à la cour de récré ». Même constat du côté de Gary Neville. L’ancien de MU pose aussi la question du positionnement d’Alexis, qui a joué sur l’aile droit ces deux derniers matches. « Alexis a été pauvre contre Crystal Palace. Il n’y a aucun doute là-dessus. Il a essayé de jouer des une-deux à 40 mètres du but. Il n’est pas bon là-dedans. Pour moi, j’ai vu Alexis Sanchez être à son meilleur niveau sur le côté gauche ; en attaquant les défenseurs, en les provoquant et en combinant. Il a essayé. Je pense que c’est sa meilleure position »

Mourinho se montre patient avec Alexis

Salim Baungally pense aussi que l’ancien d’Arsenal doit encore trouver sa place dans une équipe auquel son profil ne correspond pas vraiment. « Sanchez est arrivé pour jouer soit à gauche, soit derrière l’attaquant. Ce n’est pas évident pour lui. D’une part, Martia,l qui était au tout début perdant avec son arrivée, a montré son importance sur le côté gauche. Ensuite, Sanchez a un style de jeu qui ne correspond pas forcément à celui de Manchester United... qui demande un travail défensif, un bloc relativement bas. Partout où il est passé, avec Barcelone et Arsenal, il avait peu de boulot défensif à faire avec les blocs hauts en plus, avec des équipes qui maîtrisaient totalement le ballon. À MU, c’est beaucoup moins le cas. Alors, il a un talent de dingue. Mais pour le moment, oui, c’est décevant par rapport à ce qu’on en pense devoir avoir de lui. Mais son défi est immense. Être aussi bon qu’avant dans une équipe qui n’a pas la maîtrise comme celles qu’il a pu connaitre avant ».

Son entraîneur José Mourinho a reconnu en conférence de presse que son numéro 7 était encore en période de rodage, d’adaptation. Mais le Special One ne regrette pas d’avoir mis la main sur un tel joueur. « Ce qui n’est pas bon, c’est qu’il est arrivé du côté de Manchester au pire moment de la saison, durant le mercato hivernal. Encore une raison de plus pour ne pas aimer le mercato hivernal. C’était une chance de pouvoir recruter Alexis Sanchez, donc nous avons sauté sur l’occasion. Je compte vraiment sur lui pour la saison prochaine. En ce moment, il apprend comment jouer avec nous, de notre côté, on essaie de trouver la meilleure solution pour tirer le maximum de son potentiel. C’est quelque chose qui prendra du temps à se développer, il faudra qu’on travaille bien ensemble pour que ça marche ». Du temps et de la patience, voici ce qu’il faut donc à Alexis Sanchez. Car le Chilien a toute la confiance de son coach et de son club pour le moment.