Amical : l'Olympique de Marseille tombe logiquement face au Bayern Munich !

Ce vendredi, l'Olympique de Marseille poursuivait sa préparation estivale face au Bayern Munich. Et les hommes d'André Villas-Boas se sont inclinés 1 à 0 face à une solide équipe allemande.

Dimitri Payet face à Serge Gnabry lors de Bayern-OM
Dimitri Payet face à Serge Gnabry lors de Bayern-OM ©Maxppp

Un avant-goût de Champions League. Cette saison, l'Olympique de Marseille va retrouver la Ligue des Champions. Et pour se préparer au mieux avant de retrouver la scène européenne, en plus du championnat de France, les pensionnaires de l'Orange Vélodrome affrontaient ce vendredi en amical un cador du Vieux Continent : le Bayern Munich. Pour cette rencontre de gala, André Villas-Boas sortait le grand jeu puisqu'il alignait son onze type du moment à savoir : Mandanda - Sarr, Alvaro Gonzalez, Caleta-Car, Amavi - Rongier, Kamara, Sanson - Thauvin, Benedetto, Payet. Arrivé il y a quelques jours, Leonardo Balerdi débutait sur le banc. En face, Hans-Dieter Flick se passait aussi de ses recrues et optait pour un 4-2-3-1 avec l'inévitable Robert Lewandowski en pointe.

La suite après cette publicité

D'entrée, les Bavarois prenaient les commandes de la rencontre, eux qui étaient forcément plus en jambes puisqu'ils ont pu aller au bout de la Bundesliga. Ils mettaient en place un gros pressing, empêchant les Phocéens de jouer. Ces derniers tentaient de réagir avec Thauvin (7e), mais ils étaient bien muselés. De son côté, le champion d'Allemagne obligeait Mandanda à multiplier les sorties (9e, 10e) et poussait les Marseillais à commettre des erreurs à l'image d'un Sarr très approximatif (11e). Malgré cela, l'OM commençait à se procurer quelques occasions avec Rongier (15e) et Sarr (17e, frappe lointaine hors du cadre). Et c'est à ce moment-là que le Bayern Munich ouvrait le score. Servi dans la surface entre plusieurs adversaires qui reculaient, Gnabry les fixait puis feintait Alvaro Gonzalez, qui terminait sur les fesses, avant de décocher une frappe qui faisait mouche (1-0, 20e).

L'OM a été dominé

Les Allemands poursuivaient sur ce rythme élevé et intense, allant souvent beaucoup trop vite pour l'équipe française. Poussés dans leurs retranchements, les Marseillais, portés par un Kamara plutôt solide tandis que Payet était très peu visible, tentaient de réagir avec Thauvin (28e, passe en profondeur dans la surface pour Benedetto interceptée par Boateng). Mais là encore, ils faisaient preuve de beaucoup de déchets dans le jeu et perdaient de nombreux ballons face à une formation qui tentait sans conclure avec Gnabry (36e) ou Perisic (37e). Mais ils n'étaient pas loin d'y parvenir avec Kimmich (40e, tir repoussé), Müller (45e+1, lob détourné) et Davies (45e+2, frappe), qui étaient tous stoppés par un Mandanda héroïque sur sa ligne. Il permettait à l'OM de regagner les vestiaires qu'avec un retard d'un but (1-0). À la reprise, Sakai remplaçait Sarr. Coman, Lucas Hernandez, Coutinho et Tolisso entraient en jeu en face.

Et l'ancien joueur de l'OL n'était pas loin de se distinguer offensivement mais il butait sur Alvaro Gonzalez (48e). Même chose pour Coman dans la surface (52e). Puis Lewandowski (reprise de volée non cadrée, 55e) ou Coutinho (frappe enroulée qui touchait le poteau, 56e) mettaient la pression sur les cages marseillaises. Les remplaçants bavarois se montraient dans cette deuxième période à sens unique. À l'heure de jeu, les deux coachs procédaient à plusieurs changements. AVB lançait notamment Balerdi (65e). Ce dernier devait se mettre rapidement dans le bain puisque les Allemands monopolisaient le ballon et se procuraient des occasions avec Cuisance (78e, 79e), qui provoquait bien Balerdi. La recrue marseillaise reculait trop sur cette action, mais tenait bon face à Coman (88e). Côté offensif, l'OM avait peu d'occasions à se mettre sous la dent, à part une belle tentative de lob de Marley Aké (82e). Marseille s'inclinait logiquement face à des Bavarois bien plus solides dans tous les compartiments du jeu.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires