De "Neverkusen" au sommet de la Bundesliga, la sacrée revanche du Bayer Leverkusen !

Par Aurélien Macedo
7 min.
Les joueurs du Bayer Leverkusen célèbrent un but face à Sarrebruck @Maxppp

Longtemps moqué par tous les autres cadors du football allemand pour son incapacité à s’imposer sur la scène nationale, le Bayer Leverkusen va pouvoir enfin se détacher de cette étiquette de "Neverkusen". 22 ans après une saison historique 2001/2002 qui aurait pu se conclure par un triplé et s’est terminé sur un triple échec, la bande de Xabi Alonso est en passe de briser le plafond de verre du Werkself.

Qu’est-ce qui est rouge et noir et qui ne remporte jamais la Bundesliga ? Qui a été surnommé Neverkusen pour son incapacité à remporter le titre de champion d’Allemagne malgré 5 deuxièmes places et 6 troisièmes places ? Il s’agit évidemment du Bayer Leverkusen, un club moins titré que Wolfsbourg, Cologne, Kaiserslautern, Nuremberg, l’Eintracht Brunswick ou encore le 1860 Munich en championnat. Vainqueur d’une seule Coupe d’Allemagne (1993), le Bayer Leverkusen a pourtant remporté une Coupe d’Europe en 1988 avec la Coupe UEFA acquise contre l’Espanyol de Barcelone (3-3/3-2 aux Tab). Mais malgré quelques réussites et trophées, les absences du Bayer Leverkusen au moment de concrétiser ont davantage marqué les esprits. La saison 2001/2002 est d’ailleurs le point culminant de ces échecs.

La suite après cette publicité
<iframe frameborder="0" title="Vidéo - De "Neverkusen" au sommet de la Bundesliga, la sacrée revanche du Bayer Leverkusen !" referrerpolicy="no-referrer-when-downgrade" width="604" height="340" data-src-prebid="https://geo.dailymotion.com/player/x6svc.html?video=x8vjf6k&mute=true" allowfullscreen="" allow="autoplay">
À lire Bayern : Roberto De Zerbi ne viendra pas à Munich !

Mai 2002, Leverkusen en plein enfer

Avec un effectif de grande qualité où l’on retrouvait le Brésilien Lucio, le Turc Yıldıray Baştürk, le Bulgare Dimitar Berbatov sur le banc ainsi que des cadres comme Carsten Ramelow, Bernd Schneider, Oliver Neuville et surtout Michael Ballack, l’équipe de Klaus Toppmöller avait tout pour marquer l’histoire. Longtemps en tête de la Bundesliga (13e - 19e journée puis 24e - 32e journée), le Bayer Leverkusen se prenait les pieds dans le tapis sur la fin de saison avec un seul point acquis sur neuf possibles entre la 31e et la 33e journée face à Hambourg (1-1), le Werder Brême (1-2) et Nuremberg (0-1). Cela profitait au Borussia Dortmund qui allait s’offrir son sixième titre de champion d’Allemagne pour un point. Un scénario bien connu par le Bayer Leverkusen qui avait échoué de deux points contre le Bayern Munich en 1997 et à la différence de buts contre le Rekordmeister en 2000. Une semaine après ce coup dur de mai 2002, c’est l’ennemi juré des Marsupiaux, Schalke 04 qui allait malmener le Bayer Leverkusen.

La suite après cette publicité

Malgré l’ouverture du score de Dimitar Berbatov (27e), les Knappen enchaîneront 4 buts via Jörg Böhme (45e), Victor Agali (68e), Andreas Möller (71e) et Ebbe Sand (85e) tandis qu’Ulf Kirsten réduira l’écart (89e) dans un revers 4-2 du Werkself. Deux trophées galvaudés et comme dit l’adage jamais deux sans trois. Contre le Real Madrid en finale de la Ligue des Champions, le Bayer Leverkusen était vite surpris par Raul (8e), mais Lucio allait égaliser rapidement (13e). Un duel équilibré s’en suivait jusqu’au coup de génie de Zinedine Zidane (45e) consécutif à un centre de Roberto Carlos. Les Merengues allaient encore s’offrir un titre au final, le neuvième de leur histoire quand les joueurs allemands repartaient la queue entre les jambes. Pour Hans-Jörg Butt, Michael Ballack, Carsten Ramelow, Bernd Schneider et Oliver Neuville, le cauchemar se continuera même lors de l’été avec un nouveau revers en finale en Coupe du monde avec l’Allemagne contre le Brésil (2-0). Une période dorée du Bayer Leverkusen qui aurait dû être celle de la consécration et qui s’est terminée en désillusion.

"Neverkusen" c’est terminé

Depuis, le Bayer Leverkusen s’est parfois mêlé à la course au titre, mais n’a jamais été aussi proche de l’emporter que lors de cette saison 2023/2024. Pourtant le Werkself revient de loin. Relégable à la nomination de Xabi Alonso en octobre 2022, le Bayer Leverusen s’est bien repris et a su remonter à la sixième place tout en trouvant une identité de jeu. Repartant cet été avec quelques retouches et un effectif bien plus au fait des principes de Xabi Alonso, le Bayer Leverkusen commençait fort et se lançait dans une longue série d’invincibilité. Nous sommes à mi-avril et les Allemands n’ont toujours pas perdu pour le moment. Disposant de seize points d’avance sur le Bayern Munich et Stuttgart à six journées de la fin, les joueurs du club de Rhénanie-du-Nord-Westphalie sont aussi qualifiés pour la finale de la Coupe d’Allemagne contre Kaiserslautern le 25 mai prochain. Engagé en Ligue Europa, la formation allemande est quart de finaliste et a gagné son match aller 2-0 contre West Ham. Ils se déplaceront jeudi à Londres pour le match retour.

La suite après cette publicité

Un possible triplé pour le Bayer Leverkusen comme il y a 22 ans, mais cette fois-ci cela se dessine bien. Avec 42 matches d’invincibilité cette saison 37 victoires et 5 nuls, l’équipe de Xabi Alonso affole les compteurs. Les Allemands ont aussi marqué 118 buts pour seulement 31 encaissés. Des chiffres et une situation qui laisse entrevoir une belle fin de saison pour le Bayer Leverkusen. Si rien n’est fait en Ligue Europa, la finale de la Coupe d’Allemagne aura lieu contre une équipe qui est relégable en D2 Allemande. Pour la Bundesliga, il ne suffira que d’une victoire et celle-ci peut arriver ce dimanche face au Werder Brême. Proche de se détacher du surnom de Neverkusen et de son statut de looser, le Werkself se présente avec un esprit conquérant. «L’équipe est concentrée et engagée. Je suis confiant et si nous y parvenons, il y aura quelque chose à fêter. Mais il reste 90 minutes à jouer pour obtenir cette victoire. Il ne faut pas trop penser à la suite. Heureusement, ce n’est pas notre seule balle de match. Mais il est évident que nous voulons gagner dimanche. Ce serait bien de fêter un titre à la maison avec les supporters», expliquait Xabi Alonso en conférence de presse avant de défier le Werder Brême ce dimanche.

Xabi Alonso le héros

Ramenant la fierté au sein d’un club, Xabi Alonso l’a fait également dans toute une ville. «Pour de nombreuses personnes en dehors de Leverkusen, nous ne représentions auparavant que le bruit et les embouteillages sur les autoroutes. C’est fini. Grâce à Xabi Alonso et son équipe, nous sommes bien sûr perçus différemment. L’équipe incarne ce qu’est notre ville. Une communauté où la diversité est très importante. Nous ne sommes pas bruyants, mais nous sommes humbles. Et Xabi Alonso s’intègre à merveille en tant qu’entraîneur, car il incarne ces caractéristiques. Je suis très content» a confié le maire de Leverkusen Uwe Richrath à Bild. Vainqueur de la Ligue Europa 1988 avec le Bayer 04 en tant que coach, Erich Ribbeck, a tenu à adresser une émouvante lettre à Xabi Alonso publiée par Bild : «cher Xabi Alonso ! Xabi, tu es sur le point de remporter un succès historique avec ta merveilleuse équipe et ton équipe de coaching.
Je suis très heureux que mon ancien club, le Bayer 04 Leverkusen, puisse bientôt enfin célébrer son premier championnat d’Allemagne. Nous avons remporté la Coupe UEFA en 1988, ce qui nous a rendus célèbres en Europe à l’époque. Ce premier titre a marqué une étape importante dans l’histoire du Bayer 04. 36 ans se sont écoulés depuis. Le monde du football a depuis longtemps complètement changé. Le football est devenu un sport différent.»

La suite après cette publicité

«Le grand désir de Leverkusen de remporter son premier championnat est resté tout au long de ces années.
Ce titre de champion en 2024 a certainement plus de valeur que notre victoire en Coupe d’Europe à l’époque. C’est un exploit extraordinaire sur toute une saison, et je vous félicite chaleureusement en tant qu’entraîneur, mais aussi toute la direction du club. Aucune équipe ne le mérite autant. Votre performance me rend très heureux et je pense qu’il est réaliste de terminer la saison invaincue. Mais ce qui me rend encore plus heureux, c’est que vous restiez l’entraîneur de Leverkusen. À mon époque, il était courant de ne pas résilier un contrat en cours. Xabi, tu avais certainement plusieurs options pour quitter le Bayer 04 maintenant. Mais vous préférez continuer avec votre équipe. Vous êtes une exception inhabituelle ces jours-ci. Vous me semblez ancré, j’aime la façon dont vous interagissez avec vos collègues entraîneurs. Vous êtes authentique. Et je pense que cela sera également bien accueilli par vos joueurs. Je vous souhaite pour votre avenir que vous poursuiviez votre chemin avec autant de succès. Mais je n’en doute pas»
, a ainsi admis avec émotion l’homme de 86 ans.

«Fernando Carro (président du Bayer ndlr) a récemment déclaré que l’histoire devait au Bayer Leverkusen un championnat et à l’Atlético Madrid une Ligue des champions, et c’est un peu vrai. Avec la domination et la confiance avec lesquelles le Bayer joue les matchs, tout comme nous en avions l’habitude avec le Bayern Munich dans les très bonnes années. C’est vraiment exceptionnel», a expliqué de son côté le directeur sportif de la Fédération Allemande Rudi Völler. Alors que 2024 marque les 120 ans de la création du Bayer 04 Leverkusen, l’anniversaire du club risque d’être célébré avec le titre qui manquait depuis toujours à Leverkusen. Moqué depuis de longues années, le Bayer Leverkusen va pouvoir enfin bomber le torse grâce à sa saison 2023/2024 exceptionnelle marquée par le sceau de Xabi Alonso, Florian Wirtz, Alex Grimaldo, Jonathan Tah ou encore Granit Xhaka. Neverkusen n’est plus, ce sera juste Leverkusen maintenant.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité