Lazio - OM : les notes du match

A l'occasion de la troisième journée des phases de poules de la Ligue Europa, l'Olympique de Marseille a concédé le match nul face à la Lazio Rome (0-0). Longtemps très séduisants, les hommes de Jorge Sampaoli ont résisté, dans les dernières minutes, à la pression romaine pour repartir avec ce précieux point du Stadio Olimpico. Un troisième score de parité en autant de rencontres qui ne condamne pas l'OM dans ce groupe E.

Arkadiusz Milik et l'OM en souffrance face à la Lazio
Arkadiusz Milik et l'OM en souffrance face à la Lazio ©Maxppp
La suite après cette publicité

A l'occasion de la 3ème journée de Ligue Europa, la Lazio accueillait l'Olympique de Marseille à l'Olimpico. Deuxième du groupe E avec trois unités, le club italien comptait une longueur d'avance au classement sur son adversaire du soir, et pouvait creuser l'écart sur l'OM en cas de succès. Côté olympien, un succès demeurait impératif pour conserver une chance de qualification. Pour cette affiche, Maurizio Sarri alignait un 4-3-3 avec le trio Anderson, Immobile, Zaccagni en pointe. Jorge Sampaoli optait pour un 3-4-3, avec Milik, Under et Lirola en attaque. L'OM se procurait la première opportunité du match avec Lirola sur la gauche qui remisait pour Under dont la volée passait au dessus (17e). Les Marseillais séduisants en début de match se montraient une nouvelle fois dangereux, mais Milik voyait sa frappe croisée filer juste à côté (19e). Juste après la demi-heure de jeu, la Lazio sortait de sa torpeur et Luiz Felipe de la tête obligeait Pau Lopez à sortir le grand jeu. Le ballon revenait sur le défenseur qui ratait le cadre (33e). Une situation chaude qui sonnait comme une belle piqure de rappel pour les hommes de Sampaoli.

Ces derniers manquaient de peu l'ouverture du score juste avant la pause par Under, dont la frappe enroulée était détournée en corner par Strakosha (39e). Au retour des vestiaires, la Lazio pensait ouvrir le score par Immobile, mais le buteur italien était signalé logiquement en position de hors-jeu (58e). Les occasions se multipliaient et Under butait une nouvelle fois sur Strakosha (65e). Une occasion qui réveillait les hommes de Sarri et la lourde frappe d'Immobile heurtait la transversale (69e). En souffrance l'OM, pliait mais ne rompait pas. Pau Lopez sauvait les siens en gagnant son duel face à Immobile (87e). Malgré plusieurs frayeurs, les Olympiens ramenaient un nul précieux de leur déplacement à Rome. Un résultat qui ne condamnait pas les hommes de Jorge Sampaoli dans ce groupe E.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

Le classement des groupes de Ligue Europa

- L'homme du match : Rongier (7,5) : prestation XXL. Dans un rôle assez inédit de piston droit, l'habituel milieu de l'OM s'est souvent retrouvé comme latéral droit face à la pression laziale. Un positionnement tactique hybride qui n'a pas empêché l'ancien Nantais de se montrer très performant des deux côtés du terrain en première période. Rassurant défensivement (60% des duels remportés), il n'a pas hésité à venir proposer des solutions à Under pour dédoubler. Face à l'intensité présente dans ce match, il s'est également rapproché de l'axe du jeu pour créer une supériorité au milieu. Une intelligence tactique doublée d'une très grosse activité (6 ballons récupérés), à l'origine d'un excellent match. Averti d'un carton jaune pour une faute sur Raul Moro (81e), il a été parfait dans l'orientation du jeu, intelligent dans ses choix, imprenable défensivement. Une très grande prestation à Rome. Remplacé par Balerdi (85e).

Lazio Rome

- Strakosha (6) : première mi-temps plutôt calme pour lui. Il a vu la plupart des tentatives marseillaises fuir le cadre. Il est bien intervenu pour sortir la frappe d'Ünder (39e). Même chose au retour des vestiaires, même si le joueur de l'OM a cette fois privilégié la puissance à la précision (65e). Mis à part ces situations, le gardien romain n'a pas réellement été inquiété et s'est contenté de bonnes sorties aériennes.

- Lazzari (7) : il déborde sur le côté droit et centre pour Basic qui était venu couper au premier poteau, mais le milieu de terrain est finalement trop court (23e). Discret en début de match, il a de plus en plus pris son couloir au fil des minutes, ce qui a amené des situations dangereuses pour la Lazio. Il a réussi à gratter quelques ballons par son pressing haut, notamment sur Payet (28e). Parfaitement servi par Felipe Anderson, il centre devant le but, Immobile se jette mais ne parvient pas à reprendre (56e). En fin de match, il mystifie Ünder et adresse un énième bon ballon dans la surface adverse, qui mène à la grosse occasion d'Immobile (87e).

- Luiz Felipe (6) : il vient couper le centre de Zaccagni, mais sa tête lobée est sortie par Lopez (32e). Sur le corner qui suit, il reprend le ballon du bout du pied dans la surface marseillaise et rate le cadre (33e). En fin de match, il fait un superbe retour pour tacler Payet alors que ce dernier était en bonne position pour frapper au but (83e). Il a été le patron de la défense de la Lazio ce soir. Solide dans les duels (2/3 duels gagnés), il a également été précis dans ses transmissions (92 % de passes réussies).

- Acerbi (5) : il a eu du mal à gérer les déplacements de Milik. Il laisse ce dernier filer dans son dos, mais l'attaquant polonais rate sa frappe (29e). Preuve de ses difficultés, il n'avait remporté aucun de ses duels disputés en première mi-temps (0/2). À l'image de son équipe, il a été moins inquiété en seconde période et n'a pas commis d'erreur.

- Marusic (4) : il couvre le départ en profondeur de Milik alors qu'il aurait mis ce dernier hors-jeu s'il était resté aligné avec le reste de la défense romaine (29e). Il a beaucoup souffert dans son duel avec Ünder, notamment en fin de première période quand ce dernier rentre sur son pied gauche et enroule sa frappe, sortie par Strakosha (39e). Finalement, il a plutôt bien tenu son couloir, même s'il n'a pas assez apporté offensivement.

- Cataldi (5,5) : sa défense a eu du mal à le trouver afin de sortir le ballon proprement de derrière. En une touche de balle, il trouve Immobile en profondeur d'un superbe ballon par-dessus la défense marseillaise, mais ce dernier ne parvient pas à cadrer sa frappe (51e). Il a eu un gros impact au milieu de terrain et a remporté la plupart de ses duels (5/7 duels gagnés). Remplacé par Leiva (77e).

- Basic (4) : première mi-temps discrète pour l'ancien bordelais. Il aurait pu se mettre en évidence sur le centre de Lazzari, mais il est finalement trop court et le ballon fini dans les mains de Lopez (23e). Il n'a pas eu l'impact souhaité par Mauricio Sarri au milieu de terrain et a rapidement cédé sa place au retour des vestiaires. Remplacé par Alberto (56e).

- Milinkovic-Savic (5) : discret en première mi-temps, il a tout de même illuminé la rencontre par quelques bons ballons, notamment cette belle ouverture pour Anderson (31e) ou bien Immobile (42e). Malgré tout, il a eu beaucoup trop de déchets pendant cette rencontre, que ce soit techniquement (11 ballons perdus) ou bien dans ses transmissions (78 % de passes réussies). Remplacé par Akpa Akpro (56e).

- Zaccagni (5) : bien placé dans la surface marseillaise pour donner un ballon en retrait, sa passe manque de puissance et de précision (30e). Son centre dévié de la tête par Luiz Felipe au premier poteau a failli surprendre Lopez (32e). À l'entrée de la surface, il tente sa chance, mais le gardien marseillais était une nouvelle fois présent (68e). Il a sans cesse cherché à pousser les défenseurs adverses à la faute, parfois en en rajoutant un peu. Remplacé par Moro (77e).

- Felipe Anderson (4) : il n'a pas réussi à créer du danger dans le camp adverse en première mi-temps, même si son décalage pour Immobile aurait pu permettre à l'attaquant italien d'ouvrir le score (45e). Son ballon en profondeur pour Lazzari est parfaitement dosé et amène une grosse situation romaine (56e). Remplacé par Pedro (56e). Trouvé par Moro en toute fin de match, il doit s'incliner face à la bonne sortie de Lopez (87e).

- Immobile (6,5) : il a cherché à faire des appels en profondeur, mais a souvent été pris au piège du hors-jeu par la défense marseillaise. Une nouvelle fois parti à la limite du hors-jeu, il est cherché par Felipe Anderson dans la surface dont la passe est finalement trop puissante (45e). Trouvé en profondeur par Cataldi, il résiste au retour de Saliba et enchaîne par une frappe qui s'envole au-dessus de la cage de Lopez (51e). Il tente de couper le centre de Lazzari, mais est trop court (56e). Il ouvre le score deux minutes plus tard, avant que l'arbitre assistant signale finalement un hors-jeu. Il profite d'un cadeau de la défense marseillaise et tente sa chance depuis une position trop excentrée, sa frappe touche tout de même la barre transversale (58e).

Olympique de Marseille

- Lopez (6,5) : devenu titulaire habituel au poste de gardien de but de l'OM, aux dépens de Mandanda, le portier espagnol n'a pas rassuré sur sa première touche de balle. Une relance approximative (2e) permettant aux joueurs de Rome de rapidement mettre la pression dans le camp marseillais. Au fil des minutes, le dernier rempart des Phocéens, certes peu académique, s'est en revanche montré solide. Efficace dans sa sortie devant Basic (22e), il s'illustre de deux nouvelles parades peu esthétiques mais rassurantes (32e, 33e). Décisif sur le puissant tir de Zaccagni (68e), il remercie son montant sur la frappe d'Immobile (69e) avant d'endosser le costume de sauveur en toute fin de rencontre d'une superbe parade (87e) permettant à l'OM de préserver le match nul. Une nouvelle sortie très convaincante après la prestation réalisée face à Lorient.

- Peres (6) : à gauche de la défense à trois des Phocéens, le Brésilien endossait le rôle de latéral gauche en phase défensive et a alterné le bon et le moins bon face à Anderson (33e) dans l'entame de la rencontre. Certainement libéré par la domination collective des siens, il s'est ensuite montré très propre sur les quelques montées de Lazzari, à l'image de ce tacle glissé autoritaire (37e). Face à un Lazzari très actif, il a cependant parfois pêché. Pris dans son dos par le latéral italien, il aurait pu devenir le principal fautif si Immobile, trop court, avait pu conclure cette action (56e). Sous la domination romaine en fin de rencontre, ses interventions assurées ont permis aux Marseillais de se donner de l'air. Match très sérieux.

- Saliba (7) : très peu sollicité au cours du premier acte, l'ancien Stéphanois n'a jamais tremblé sur les quelques situations à gérer. Solide dans les airs (29e), sa qualité de relance a également permis à l'OM d'amener le danger dans le camp adverse, à l'image de ces deux transmissions à destination de Guendouzi permettant de casser la première ligne de pressing italien (38e, 39e). Au duel avec Immobile, il se bat jusqu'au bout pour éviter de laisser le buteur romain dans une position idéale de frappe (51e). Sous la pression laziale au retour des vestiaires, son placement défensif permet de laisser Immobile hors-jeu sur le but refusé (58e). Un match plein où le défenseur marseillais n'a jamais été pris à revers en imposant ses qualités athlétiques et sa rigueur (7 ballons récupérés, 5 interceptions). Taille patron.

- Caleta-Car (5) : au cœur de la charnière centrale marseillaise, il n'a pas forcément pleinement rassuré en première période. Auteur d'une passe en retrait douteuse qui aurait pu mettre les siens en danger (16e), il n'a pas non plus brillé dans l'adversité où les deux seuls duels qu'il a eu effectué se sont avérés décevants. Et ce ne sont pas ses deux ballons récupérés qui peuvent réellement compenser son imprécision coupable du premier acte (5 ballons perdus). Quelques ballons très dangereux bien renvoyés en toute fin de rencontre. Insuffisant dans son ensemble.

- Rongier (7,5) : voir ci-dessus

- Guendouzi (5,5) : aux côtés de Kamara dans l'entrejeu olympien, l'ancien Gunner s'est illustré rapidement à Rome. Après un centre de Lirola mal renvoyé, il est l'auteur de la première frappe cadrée de la rencontre (9e), pas assez puissante pour inquiéter Strakosha. Un peu moins en vue au milieu, il reste malgré tout, de part sa rigueur défensive et son placement intelligent, l'un des grands responsables de cette maîtrise collective marseillaise au cours de la première période. En comparaison à ses dernières sorties, il a en revanche moins pesé dans le jeu olympien au Stadio Olimpico. Remplacé par Gueye (73e), combattif et précieux dans les dernières minutes de la rencontre.

- Kamara (6,5) : dans un rôle de sentinelle et de premier relanceur, le Marseillais a réalisé une première période très convaincante. Parfait dans le duel (4/4), présent dans le défi physique, son sérieux défensif a permis aux siens de prendre confiance dans cette rencontre, à l'image de ce retour en plein cœur de sa surface face à Immobile (18e). Juste techniquement, notamment dans la transmission, il s'est par ailleurs distingué d'une sublime ouverture à destination de Milik (30e). Toujours aussi présent dans l'intensité physique (7 ballons récupérés), qui plus est face à la pression romaine au retour des vestiaires, il a parfois dû compenser certains espaces laissés libres. Averti d'un carton jaune pour une intervention à retardement sur Zaccagni (73e), son rendement s'est révélé très précieux dans cette rencontre.

- Lirola (4) : positionné dans un rôle de piston gauche, l'Espagnol s'est souvent retrouvé placé très haut et disponible sur le plan offensif à l'image de ce centre dangereux à destination d'Under (15e). Très actif et toujours aussi performant pour répéter les efforts, il s'est montré très vigilant défensivement pour aider Peres face à Anderson ou Lazzari. Sur le plan offensif, son rendement s'est en revanche quelque peu dégradé au fil des minutes. Une prestation en demi-teinte (8 ballons perdus, un seul récupéré) difficilement critiquable au regard de ce positionnement hybride. Remplacé par Dieng (61e), présent dans le duel (4/5) mais auteur d'une remise de la tête en retrait très dangereuse pour la défense olympienne (87e).

- Ünder (6,5) : suspendu face au FC Lorient, le feu follet turc était de retour dans son couloir droit de prédilection et s'est révélé comme l'homme fort de l'OM dans ce match. Excentré, c'est en plein cœur de la surface romaine que l'ailier marseillais se distingue une première fois. Trouvé par Lirola, il voit finalement sa reprise de volée du gauche fuir le cadre du portier albanais (15e). Toujours aussi dangereux avec cette capacité de percussion, en témoigne son rush en plein cœur de la défense laziale (28e), il voit cependant sa frappe contrée. A l'origine des nombreux mouvements chauds des Phocéens, il n'est pas loin d'ouvrir le score juste avant la pause. Après s'être joué de deux adversaires directs, sa frappe enroulée du gauche est tout proche de tromper le portier de la Lazio (40e). Intenable, il amène à nouveau le danger sur le but romain dès le retour des vestiaires mais son centre-tir est finalement contré in-extremis (49e). Sur le côté gauche, preuve de son immense activité du soir, et bien décalé par Payet, sa nouvelle frappe puissante est détournée par Strakosha (65e). Logiquement émoussé physiquement, il s'est montré plus discret en fin de rencontre.

- Payet (5,5) : capitaine de l'OM à Rome, le maître à jouer des Olympiens a réalisé une première période en demi-teinte. Auteur de nombreux dézonages, sa justesse technique a bien permis aux siens de construire avec confiance sur le plan offensif mais il s'est finalement rendu auteur de très peu d'actions décisives mise à part certaines passes tranchantes, à l'image de ce service pour Milik proche d'ouvrir le score (20e). Par de nombreux décrochages, il a, comme à son habitude, cherché à donner le tempo aux siens mais quelques pertes de balles dangereuses auraient pu entacher ces bonnes dispositions. Frustré par les décisions arbitrales, il est averti d'un carton jaune après la pause (52e) avant de se libérer offensivement peu après l'heure de jeu. D'abord d'un décalage astucieux pour Under (65e) avant de voir sa frappe, déviée, fuir de peu le cadre de la Lazio (66e). Symbole de ce match à deux vitesses, sa perte de balle extrêmement dangereuse (69e) et son manque de tranchant en contre (84e). Sérieux mais pas étincelant.

- Milik (5) : placé à la pointe de l'attaque marseillaise, le Polonais est tout proche d'ouvrir le score sur un service de Payet mais sa frappe du gauche fuit de peu le cadre du gardien romain (20e). Dans ce rôle de point de fixation permettant aux siens de remonter, il a cependant montré un certain manque de réalisme offensif. A l'image de cette finition hésitante sur une merveille d'ouverture signée Kamara. Pourtant en position idéale, l'ancien Napolitain n'arrive pas à s'emmener correctement le ballon de la poitrine pour enchainer (30e). Auteur d'une nouvelle tête pas assez tranchante (62e), il a globalement manqué d'efficacité au Stadio Olimpico mais reste très précieux dans l'animation offensive olympienne, en témoigne cette délicieuse ouverture pour Payet (72e). Volontaire mais maladroit. Remplacé par Gerson (73e)

Les compositions officielles au coup d'envoi

Le XI de la Lazio Rome

Le XI de l'Olympique de Marseille

Plus d'infos

Commentaires