Rômulo : «Milinkovic-Savic c’est un crack, un des joueurs les plus complets avec qui j'ai joué»

Valeur sûre de Serie A depuis une dizaine d'années maintenant, Rômulo (32 ans) s'est confié pour Foot Mercato sur le retour imminent du football en Italie. Le droitier de Brescia en a également profité pour faire le point sur sa saison, son avenir et le cas Mario Balotelli avant de nous en dire un peu plus sur deux anciens partenaires, Sergej Milinkovic-Savic et Adam Marusic de la Lazio, annoncés avec insistance au Paris SG cet été. Entretien.

Rômulo, qui célèbre ici un but avec Cistana sous les couleurs de Brescia, se livre pour FM
Rômulo, qui célèbre ici un but avec Cistana sous les couleurs de Brescia, se livre pour FM ©Maxppp

Foot Mercato : Rômulo, comment se passe le déconfinement pour vous en Italie ?

La suite après cette publicité

Rômulo : tout revient à la normale petit à petit. On a commencé les entraînements individuels il y a quelques temps, on a repris les séances collectives depuis trois semaines.

FM : comment avez-vous personnellement vécu cette période ?

R : c'était difficile de rester à la maison, de ne pas pouvoir sortir. Nous avons beaucoup d’amis, Brésiliens ou Italiens, qui ont beaucoup souffert de la situation, économiquement. La situation a fait beaucoup de mal à beaucoup de gens. C’était une période bien difficile. J’espère que les autorités trouveront rapidement un vaccin pour que tout revienne à la normale. Spécialement pour que le football reprenne sa place dans la société.

FM : quel est le point de vue des joueurs au sujet de la reprise à venir de la Serie A ?

R : certains joueurs ont envie de reprendre, le pays doit reprendre sa vie normale, le football est l’un de ces paramètres. D’autres joueurs ont peur d’être contaminés et de ramener ça chez eux. Mais je pense que la majorité a envie de reprendre comme toutes les autres activités l’ont fait.

FM : et les matches à huis clos, qu'en pensez-vous ?

R : on a joué à huis clos notre dernier match avant l'arrêt du championnat, c’est triste, une sensation bizarre. Les supporters qui crient, célèbrent, ils transmettent de l’énergie. C’est difficile. Quand les joueurs sont moins bons, ils influent, insufflent une âme, donnent de l’énergie. J’espère que tout rentrera dans l’ordre très vite pour qu’on retrouve du public, l’essence même du foot. Les grands clubs ont déjà les meilleurs joueurs, les clubs les plus modestes souffriront davantage sans leur public.

Le retour à la vie «normale» en Serie A

FM : comment s'est passé le retour aux entraînements collectifs ?

R : le retour à l'entraînement a été génial. C’est la première fois qu’on passait aussi longtemps loin des terrains, loin du ballon. On était comme des enfants qui entraient dans un stade pour la première fois.

FM : comment vous êtes-vous entretenu pendant le confinement ?

R : j’ai fait des séances chez moi, avec un vélo, un tapis, un appareil de musculation.

FM : quel regard portez-vous sur votre saison à Brescia avant l'arrêt lié au Covid-19 ?

R : ma saison était très bonne, j’ai joué quasiment tous les matches (20 apparitions en Serie A), j’ai marqué un but, fait 4-5 passes décisives. C’est une équipe jeune, promue, donc nous avons connu des difficultés. Personnellement, ça se passait bien. J’espère bien terminer la saison et maintenir le club.

FM : Mario Balotelli est votre capitaine. Il est souvent au coeur de la polémique. Est-il réellement celui que les médias décrivent ?

R : j'avais déjà joué avec lui en sélection italienne en 2014, c’est quelqu’un de bien. Techniquement, hors série, spectaculaire. Il a fait quelques très bons matches avec nous cette saison, il a mis quelques buts importants. Mais comme l’équipe est jeune et inexpérimentée, monte de Serie B, c’est parfois compliqué. Il nous a aidés sur le terrain, comme il a pu. Il est complètement différent avec ses partenaires, il aime rigoler, chambrer. Il est toujours disponible. Il a un bon cœur, il est complètement différent de l’image que les médias donnent de lui. Avec nous, il s'est toujours très bien comporté.

Super Mario, Tonali, Milinkovic-Savic & co

FM : à Brescia, vous côtoyez également un certain Sandro Tonali, que toute l'Europe s'arrache.

R : Sandro est jeune mais il est déjà mûr, il a une sacrée personnalité. S’il continue sa progression, il a tout pour être un des meilleurs milieux du football italien. Il est clairement au-dessus de la moyenne.

FM : de quoi sera fait votre avenir ?

R : après cette saison à Brescia, je suis libre sur le marché. Je voulais être libre de choisir ma future destination. Il y a quelques contacts intéressants pour la suite. Mes représentants m’en ont parlé. En France, en Italie et ailleurs. On va voir ce qui se passe, mais je suis heureux. Physiquement, tout va bien. Au-dessus des 25 Km/h, c’est moi qui ai fait le plus de courses à haute intensité en Serie A. Je me sens vraiment très bien.

FM : après presque 10 ans en Italie, souhaitez-vous découvrir autre chose ?

R : j’ai envie oui, ça fait quasiment 10 ans que je suis là, j’ai connu des grands clubs comme la Juve, la Lazio, la Fiorentina. Ce serait bien d’avoir une autre expérience. Mais on ne sait pas, on verra. L’idée de découvrir autre chose que l’Italie me plaît assez. Tout prend plus de temps avec toute cette histoire de Covid-19. Tout sera plus clair une fois que la situation sera rentrée dans l’ordre.

FM : la saison passée, vous évoluiez à la Lazio Rome. Vous avez vu de près Sergej Milinkovic-Savic et Adam Marusic, que l'on annonce fortement au Paris SG. Quel regard portez-vous sur les deux hommes ?

R : Milinkovic-Savic, c’est un crack. C’est l’un des joueurs les plus complets que j’ai jamais vu. Il est aussi fort techniquement, que tactiquement et physiquement. Il a une bonne frappe de balle à mi-distance des deux pieds. Il est aussi très bon dans le jeu aérien, il a un super jeu de tête. Il sait marquer, passer. Il est très complet. Adam, lui, jouait dans ma position. J’aime beaucoup le joueur, c’est un bon joueur, on était concurrent. Il dégage une grosse puissance physique. C’est quelqu’un de très bien. Ce sont deux supers joueurs.

FM : à la Lazio, vous étiez sous les ordres de Simone Inzaghi. Un mot sur ce jeune entraîneur.

R : pour avoir été un ancien joueur, il s’entend très bien avec son groupe. Il sait comment faire pour les tranquilliser, les rassurer. Et quand un joueur est tranquille, il a un meilleur rendement. Il est jeune dans le métier, mais il a déjà gagné 3 titres importants avec la Lazio. Il a tout pour être l’un des principaux entraîneurs du monde du football. Il travaille très bien. Il sait comment surtout s’y prendre avec ses joueurs.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires