OM : les raisons de la mise à l'écart de Dimitri Payet

Cantonné au banc des remplaçants depuis le début de la saison, Dimitri Payet ne serait, aux yeux de son entraîneur Igtor Tudor, pas assez en forme pour être titulaire à l'OM.

Dimitri Payet sous les couleurs de Marseille
Dimitri Payet sous les couleurs de Marseille ©Maxppp
La suite après cette publicité

C'est l'une des surprises de ce début de saison plutôt réussi du côté de l'Olympique de Marseille. Pour la première composition officielle d'Igor Tudor en tant qu'entraîneur du club de la cité phocéenne, le Croate décidait de laisser son n°10, Dimitri Payet (35 ans), sur le banc des remplaçants au coup d'envoi de la rencontre gagnée contre le Stade de Reims (4-1) au Vélodrome. Rebelote au moment de coucher les noms sur la feuille de match à Brest (1-1), dimanche pour le compte de la 2ème journée de Ligue 1.

« Dimitri est un joueur important, c'est notre capitaine. Pour aujourd'hui, c'est un choix. Il n'y a rien. C'est un choix pour ce match. La saison est longue, il y a beaucoup de matchs et les cinq changements changent le foot, là tout le monde est vraiment important. Avant, il y avait trois remplaçants qui rentraient. Avec cinq, vous pouvez changer le match à tout moment et changer le résultat », expliquait le technicien de 44 ans après le premier match de la saison 2022-2023.

Payet ne serait pas prêt physiquement

Si l'OM avait convaincu offensivement face à Reims, la prestation des Marseillais en Bretagne a ravivé les doutes autour des choix d'Igor Tudor ces dernières heures. Notamment celui de ne pas titulariser Dimitri Payet. D'après RMC Sport, l'ancien coach du Hellas Vérone estime en fait que le Réunionnais n'est pas assez en forme d'un point de vue physique pour prétendre à démarrer un match actuellement.

En interne, cela s'apparente à une décision jugée logique, ajoutent nos confrères. Un aspect qui pourrait s'expliquer par le fait que Tudor attend beaucoup de volume, dans les courses et dans l'impact, de la part de ses joueurs sur le pré. L'international français (36 capes, 8 buts) reste lui positif au regard de ce qu'il a montré à l'entraînement ces derniers jours. Son refus de récupérer le brassard, à Brest, au moment de remplacer Arek Milik, serait-il le premier signe d'un agacement qui pourrait mettre le feu au vestiaire olympien ? L'avenir nous le dira.

Plus d'infos

Commentaires