PSG - Manchester City : les notes du match

Pour cette demi-finale aller de Ligue des Champions, le Paris Saint-Germain s'est incliné à domicile face à Manchester City (1-2). Très performants en première période, les Parisiens ont été totalement dépassés après la pause et les Citizens ont en profité.

Riyad Mahrez juste après son coup-franc victorieux contre le PSG
Riyad Mahrez juste après son coup-franc victorieux contre le PSG ©Maxppp
La suite après cette publicité

Un peu plus de huit mois après sa belle victoire contre le RB Leipzig lors de l'édition précédente, le Paris Saint-Germain retrouvait les demi-finales de Ligue des Champions ce mercredi soir avec un match aller contre Manchester City au Parc des Princes. Finaliste malheureux la saison passée, le club de la capitale avait forcément pour objectif de faire mieux cette année, et ça passait avant tout par un bon résultat à la maison ce soir avant le retour la semaine prochaine, et donc une possible finale ensuite. Les Citizens retrouvaient eux le dernier carré cinq ans après leur élimination face au Real Madrid. Le PSG se présentait en 4-2-3-1 avec Marquinhos titulaire et Bakker à gauche. Pep Guardiola alignait lui un 4-3-3 avec Bernardo Silva en faux n°9.

Les Parisiens débutaient bien cette partie avec un pressing haut et une qualité technique balle au pied. Après un pressing de Di Maria, Neymar se procurait même la première opportunité avec une frappe plein axe captée par Ederson (2e). Le Brésilien, très en jambes, retentait même sa chance mais son compatriote brillait encore dans le but (13e). Avant de s'incliner face à un autre Brésilien. Sur un corner de Di Maria tiré côté droit, Marquinhos devançait tout le monde et plaçait une magnifique tête croisée pour l'ouverture du score (15e, 1-0). Un bon début de partie pour les locaux mais les visiteurs restaient dans le match avec cette tentative de Bernardo Silva sortie à bout portant par Keylor Navas (21e). Malgré cet avertissement, Neymar et ses coéquipiers géraient bien ce match.

Gueye a tout plombé en sept minutes

La preuve d'ailleurs par la suite puisque le gardien de City Ederson avait encore du travail face à Di Maria (27e). Et quand il n'intervenait pas, il voyait le ballon passer de peu à côté, à l'image de ce coup de tête de Paredes de peu à côté (28e). La fin de première période était un peu moins bonne avec ce sauvetage de Paredes (32e) et ce tir de Foden sorti par Navas (42e), mais le PSG menait bel et bien à la pause. Malheureusement, le club de la capitale ne revenait pas avec les mêmes intentions et le ballon tournait côté anglais. Après une occasion de Verratti (56e), les Citizens haussaient le ton et De Bruyne voyait sa reprise frôler la barre transversale (61e). Finalement, le Belge marquait derrière.

Sur un centre enroulé depuis la gauche, les défenseurs parisiens n'intervenaient pas et Keylor Navas était totalement surpris par la trajectoire (64e, 1-1). Une égalisation logique au vu de la domination anglaise en seconde période. Et les Parisiens craquaient... Devant la surface, Gueye faisait faute et sur le coup-franc, Mahrez propulsait le cuir au fond des filets (71e, 1-2). Sept minutes plus tard, le milieu sénégalais prenait un rouge pour une grosse faute (78e). En infériorité numérique, les Parisiens n'arrivaient pas à revenir et s'inclinaient d'un but (1-2). Un très mauvais résultat avant le match retour dans une semaine à l'Etihad Stadium. Mais dans le football, tout est possible.

L'homme du match, Mahrez (7) : son duel face à Mitchel Bakker ressemblait fortement à la clé du match. Et contrairement à ce que l’on pouvait penser, l’Algérien n’a pas vraiment su prendre le meilleur sur son adversaire du jour. En un contre un, il n’est que rarement passé. Par contre, il a souvent proposé dans le dos du Néerlandais alors qu’il avait très peu été suivi dans ses appels. Mais avec ce genre de joueur, un éclair de génie peut rapidement venir. Malheureusement pour le PSG, le natif de Sarcelles a eu cet éclair de génie sur un excellent coup franc (1-2, 71e). Il a beaucoup tenté et a toujours été concerné, même quand son équipe allait moins bien. Un vrai bon match pour lui même s'il n'a pas autant pesé dans le jeu que d'habitude.

Paris Saint-Germain

  • Navas (4) : précieux dans le but parisien cette saison, le gardien costaricien pensait avoir fait son match dans cette demi-finale aller après une première période où il a sorti les tentatives de Bernardo Silva (20e) et Foden (42e). Mais en seconde période, il s'est raté sur le centre de De Bruyne qui l'a surpris (64e) avant de craquer sur un coup-franc de Mahrez où il ne pouvait pas faire grand-chose (71e). Auteur de parades devant Foden (87e) et De Bruyne (90e+4) ensuite . Mais surtout, c'est dans le jeu au pied que l'ancien du Real Madrid a inquiété, avec plusieurs relances hasardeuses.

  • Florenzi (4,5) : avec Foden notamment devant lui, le latéral italien allait avoir du boulot et il a plutôt bien contenu son adversaire en première période (23e, 44e). 45 premières minutes où il a, comme souvent, pu monter à plusieurs reprises sans faire la différence. Cependant, sa deuxième période a été bien moins bonne puisque les espaces étaient trop nombreux devant lui.

  • Marquinhos (6) : le roc parisien. Brassard de capitaine autour du bras, le Brésilien a motivé son équipe jusqu'au coup de sifflet final. Et il a montré l'exemple avec un travail défensif colossal (4e, 21e, 55e, 64e) et surtout cette ouverture du score sur corner (15e). Pour son retour à la compétition après trois semaines d'absence, le numéro 5 a fait son match malgré le résultat final.

  • Kimpembe (5) : avec le gros travail défensif de Marquinhos à côté de lui, le champion du Monde français a forcément été moins en vue dans cette partie malgré quelques intervention dans les airs ou au sol. Certains pourront lui reprocher sa non-intervention sur le but de De Bruyne mais difficile de lui en vouloir. Une prestation pas étincelante mais pas non plus catastrophique.

  • Bakker (4) : titulaire surprise dans le XI de Mauricio Pochettino, le latéral néerlandais avait un client face à lui avec Mahrez. Certes, l'Algérien a fait un gros match et a souvent tenté sa chance mais le défenseur du PSG, malgré plusieurs fautes, a dans un premier temps été solide. Mais les supporters ont rapidement déchanté, Bakker montrant de mauvaises choses ensuite comme toute l'équipe.

  • Gueye (2,5) : bien présent dans l'entrejeu en première période, avec un bon travail dans le pressing et la récupération, l'international sénégalais a vécu une deuxième période difficile. Après avoir fait faute sur le coup-franc décisif de Mahrez (71e), le numéro 27 a vu rouge pour une énorme faute sur Gündogan (78e). Sept minutes horribles et un match à oublier, très vite.

  • Paredes (5,5) : devenu un nouvel homme depuis l'arrivée de Mauricio Pochettino sur le banc, l'Argentin a écœuré les Citizens dans le premier acte avec cette double intervention dans l'entrejeu (10e), ou encore ce sauvetage acrobatique dans sa surface (32e). Mais après la pause, comme ses coéquipiers, il a légèrement levé le pied et les hommes de Pep Guardiola ont pris le dessus dans la bataille du milieu. Remplacé par Herrera (83e) qui n'a pas pu s'illustrer.

  • Di Maria (6,5) : il y a toujours des joueurs qui ont très faim et ce soir, l'Argentin en faisait partie. Omniprésent dans son couloir, «El Fideo» a semblé avoir trois poumons ce soir lui qui a harcelé les Citizens du début à la fin en revenant toujours défendre. Un travail défensif XXL et un apport offensif important, avec cette magnifique passe décisive sur corner pour Marquinhos (15e) quelques instants après une frappe déviée. Malheureusement, son équipe a sombré en seconde période mais il n'y est pour rien. Remplacé par Danilo (80e) qui a eu le temps de connaître les crampons de De Bruyne sur sa cheville.

  • Verratti (5) : positionné en numéro 10 derrière Mbappé sur le papier, l'Italien a joué plus bas, presque aux côtés de Gueye et Paredes. Toujours bien positionné pour boucher les espaces, le «Petit Hibou» a réalisé un gros travail de l'ombre. Offensivement, il a apporté avec sa belle qualité technique et sa vista. Il aurait même pu marquer mais a été trop court sur un centre de Mbappé (56e). Mais en seconde période, comme toute son équipe, il a laissé les Citizens jouer et tout le monde connaît la suite.

  • Neymar (4) : toujours adroit balle au pied, le numéro 10 brésilien a eu deux opportunités en début de partie mais Ederson a fait le boulot (2e, 13e). Sinon, l'ancien élément du FC Barcelone n'a pas su revenir créer le danger. Néanmoins, il a souvent fait la différence dans le jeu (en première période) mais ça n'a accouché de rien derrière. Passé à droite en seconde période, il n'a pas su relancer le PSG, la faute à un gros pressing adverse sur lui. Averti à la 74e minute pour une mauvaise intervention sur Dias.

  • Mbappé (3) : avec sa qualité de dribbles et de percussion, les Skyblues pouvaient avoir peur mais le natif de Bondy était un ton en dessous aujourd'hui. Malgré quelques fulgurances balle au pied, le champion du Monde n'a jamais réussi à faire une réelle différence, faisant même de mauvais choix par moments. Il faut dire qu'avec Walker comme client notamment, le Français n'a pas eu beaucoup d'espaces.

Manchester City

  • Ederson (5,5) : le gardien brésilien n'a pas vraiment eu grand-chose à faire dans cette rencontre. Il a toujours été propre quand il le devait en repoussant notamment une belle frappe de Neymar (12e) et en anticipant parfaitement l’appel de balle de Mbappé dans la profondeur (58e). Il ne pouvait rien faire sur le but de Marquinhos (15e).

  • Walker (6) : sur son couloir droit, le latéral anglais a alterné entre moment fort et temps faible. En première période, il a eu quelques soucis de placement notamment face aux déplacements de Neymar. Dans le deuxième acte, il a été largement plus à l’aise et a fait parler sa grosse pointe de vitesse pour neutraliser Mbappé ou dédoubler avec Mahrez. Forcément dans ce registre, l'ancien défenseur de Tottenham excelle.

  • Stones (5) : en souffrance en première période, serein en seconde. Voilà comment résumer le match du défenseur central anglais. Il a été utile grâce à son calme balle au pied et son bon placement défensif pour compenser les montées des latéraux. Il a été bien aidé par les attaquants parisiens qui ont été inoffensifs en deuxième période et qui lui ont donc permis de reprendre peu à peu confiance en lui.

  • Dias (5,5) : le défenseur portugais s’est vite imposé cette saison comme le patron de la charnière centrale de City. Ce soir encore, il a été très propre dans son placement. Sa première période n’était pas parfaite, loin de là, mais petit à petit, il a cadenassé Mbappé et Neymar en les étouffants physiquement. Si Mbappé a eu aussi peu de ballons au fil du match, c'est sans doute parce que le jeune joueur de 23 ans l'a constamment suivi.

  • Cancelo (3) : cette saison, le polyvalent latéral portugais est sans doute l’élément X du système de jeu de Pep Guardiola. Mais cette fois-ci, Joao Cancelo a livré une prestation très décevante. Il a semblé beaucoup moins à l’aise qu’à son habitude. Très peu serein dans ses interventions comme sur ce dangereux tacle sur Mbappé (31e), il a souffert face aux dribbles et à la vivacité d'Angel Di Maria. Une soirée très compliquée pour lui. Remplacé par Zinchenko à la 60e. L'Ukrainien a fait du bien à son équipe. Propre défensivement, il a apporté le surnombre à gauche.

  • De Bruyne (6,5) : longtemps incertain pour ce choc face au PSG, Kevin De Bruyne était bien présent ce soir, mais pas encore à son meilleur niveau. On l’a senti un peu emprunté physiquement, beaucoup moins tranchant dans ses prises de balle et ses courses. Et il fallait un KDB en forme pour City surtout dans ce rôle de faux numéro 9 assez mobile. Sa deuxième période a été nettement meilleure. Il s’est rendu plus disponible et son but après un centre vient récompenser tout ça (65e). Dans son attitude, celle d'un leader, il a tiré son équipe vers le haut.

  • Rodri (5,5) : le milieu de terrain espagnol a touché bon nombre de ballons, mais il n’a pas réussi à les bonifier comme il a l’habitude de le faire. Il a été gêné par l’excellent pressing de Paredes et Gueye notamment. Moins à l’aise et avec donc moins de temps pour orienter le jeu à sa guise, il réalisait un match quelconque en première période. Au retour des vestiaires, il est revenu à ses standards habituels multipliant les passes dans les petits espaces.

  • Gundogan (5) : pourtant sur un nuage cette saison, le milieu allemand a été bousculé dans l’intensité et dans l’envie au milieu de terrain. Il n’a pas réussi à se projeter rapidement vers l’avant comme il sait si bien le faire. Un peu à l’image de son équipe, il s’est rattrapé en deuxième période parce qu’il a touché plus de ballons et que le pressing parisien a été moins intense. Il a été victime d’une grossière faute de la part de Gueye qui amènera d’ailleurs l’exclusion du Sénégalais (78e).

  • Mahrez (7) : voir ci-dessus

  • B.Silva (4,5) : un coup dans l'axe, un coup sur le côté, l'ancien joueur de l'AS Monaco a cherché un maximum à varier ses positions pour perdre ses adversaires directs. Entre les lignes, il a joué juste, mais il a trop souvent disparu dans la rencontre. Il fallait attendre parfois plusieurs minutes pour le revoir toucher le ballon, mais quand il l’a, sa justesse technique fait la différence. Il aurait pu être passeur décisif pour Foden (41e).

  • Foden (5): si Manchester City n’a pas vraiment réussi à se montrer dangereux ce soir, c’est aussi parce que le créatif Phil Foden n’a pas brillé. Bien surveillé sur le côté gauche, le jeune attaquant de 21 ans n’a que trop peu été trouvé dans les pieds. Malgré tout, il s’est procuré une grosse occasion après une perte de balle parisienne. Seul dans l’axe, il n’a pas réussi à placer sa frappe qui n’a pas vraiment inquiété Navas (41e). Bien meilleur dans ses déplacements en seconde période, en témoigne son joli rush solitaire en fin de match (88e).

Plus d'infos

Commentaires