Juventus-Napoli : un choc vital pour les finances de la Vieille Dame

Aujourd'hui, la Vieille Dame dispute son match en retard face aux Partenopei. Une rencontre vitale, non pas pour la course au titre, mais pour une place en Ligue des Champions.

Adrien Rabiot lors du Napoli-Juve
Adrien Rabiot lors du Napoli-Juve ©Maxppp
La suite après cette publicité

Ce soir, la Juventus et le Napoli disputeront le match en retard comptant pour la troisième journée de Serie A. Une rencontre qui avait fait couler beaucoup d’encre puisque les Partenopei avaient, dans un premier temps, perdu sur tapis vert. La raison ? Les autorités napolitaines les avaient empêchés de se rendre à Turin en raison de cas de covid-19, alors que les Bianconeri, eux, s’étaient présentés normalement au stade. Face au tollé que cette décision avait provoqué, les instances dirigeantes avaient finalement annoncé que le match serait rejoué.

Et c’est donc ce soir, à l’Allianz Stadium, que les deux équipes vont en découdre. Non pas pour le titre puisque l’Inter, qui joue également ce soir contre Sassuolo, est à douze points, mais pour une place en Ligue des Champions. Les deux équipes sont en effet quatrièmes ex æquo au classement avec 56 points, à deux longueurs de l’Atalanta et à quatre de l’AC Milan. Autant dire que la messe ne sera pas dite après le match, mais que tout faux pas est interdit, notamment pour Andrea Pirlo.

Il Corriere dello Sport annonce carrément que le coach de la Vieille Dame, qui est déjà sur la sellette, pourrait être remercié en cas de défaite. Cité comme le grand favori à sa succession, Massimiliano Allegri serait même déjà dans les starting-blocks. Mais ce soir, il n’y a pas que l’avenir du champion du monde 2006 qui est en jeu. En effet, après avoir abandonné l’idée de remporter un dixième Scudetto consécutif, les dirigeants piémontais redoutent désormais de ne pas pouvoir participer à la lucrative coupe aux grandes oreilles la saison prochaine.

La Juventus a touché 790 M€ grâce à la Ligue des Champions

Pour un club de ce standing devant notamment assumer les 30 M€ annuels de Cristiano Ronaldo, cela serait un désastre. Et ça, la Gazzetta dello Sport nous l’explique bien ce mercredi. Sacrée championne d’Italie depuis la saison 2011/2012, la Juventus a toujours participé depuis à la Ligue des Champions, soit neuf participations consécutives. Ce qui lui a permis d’encaisser un pactole de 790 M€ qui comprend les primes (elle a fait 2 finales en 2015 et en 2017) de l’UEFA (720 M€) et les recettes de la billetterie (70 M€).

Depuis neuf ans, ces gains représentent presque un quart des revenus de la Vieille Dame en moyenne. Vous comprenez donc pourquoi la présence de la Juventus dans le Big Four transalpin est une obligation vitale pour Andrea Pirlo. Et ce n’est pas tout. Le quotidien au papier rose explique également que le sponsor principal des Bianconeri, Jeep, qui verse 45 M€ par saison, versera 2 M€ en moins si le club piémontais n’est pas qualifié pour la prestigieuse compétition. Le tout sans oublier les répercussions commerciales néfastes sur la marque Juventus.

Plus d'infos

Commentaires