À quoi joue Mönchengladbach avec Michaël Cuisance ?

Par Sébastien DENIS
3 min.
Borussia VfL Mönchengladbach Mickaël Cuisance @Maxppp

Promis au plus bel avenir par la plupart des observateurs, Michaël Cuisance, élu meilleur joueur de la saison passée par les supporters du Borussia Mönchengladbach, connaît une première partie d'exercice compliquée. Si l’international tricolore U20 est entré en jeu la semaine dernière face à Leipzig, il n’est pas apparu dimanche face au VfB Stuttgart. De quoi clairement s’interroger sur la suite à donner à sa carrière d’autant que le prometteur milieu de terrain tricolore ne manque pas de courtisans.

Programmé pour briller. Cela pourrait être le titre d’un film consacré à Mickaël Cuisance. Depuis son plus jeune âge, ce milieu de terrain technique et capable de briser les lignes est considéré comme un international A en puissance. Sa trajectoire fulgurante de l’AS Nancy Lorraine au Borussia Mönchengladbach n’a fait que conforter cette idée, d’autant que le natif du Strasbourg a été élu meilleur joueur du club pour sa première saison à Gladbach, et ce à seulement 18 ans. Voulant sécuriser au mieux sa pépite, le club allemand prolongeait rapidement son joyau et lui offrait un contrat longue durée pour le plus grand bonheur de Dieter Hecking, le coach du Borussia. « Le garçon oscille entre le génie et la folie. Mais je le promets, avec moi, "Micka" peut vivre sa folie lors de la saison prochaine. C’est incroyable que nous ayons un joueur avec autant de courage et de prise de risque dans nos rangs. Ce sont les gars qui feront la différence un jour. »

La suite après cette publicité

Un élan brisé net par les choix de Dieter Hecking

Mais la belle histoire du grand espoir tricolore s’est brisée nette en août dernier. Revenu en forme et en pleine confiance du championnat d’Europe U19 où il a terminé dans l’équipe type de la compétition et auréolé d’une place de demi-finaliste avec la France, rien ne s’est passé comme prévu. Avec un nouveau statut dû à la signature d’un nouveau contrat, avec un système de jeu modifié taillé pour ses qualités (passé du 4-4-2 au 4-3-3), avec l’arrivée aux avant-postes d’Alassane Pléa, tout semblait réuni pour que Mickaël Cuisance puisse mettre son jeu davantage en évidence. Mais un sureffectif au milieu de terrain avec 5 joueurs pour 2 postes (Hofmann, Nehaus, Zakaria, Stindl, Cuisance voire même Raffael) a eu raison du temps de jeu de l’international tricolore. En effet, le coach a visiblement choisi de s’appuyer sur les joueurs qui ont fait la préparation avec lui et donc mis à l’écart Michaël sans réelle explication.

À lire Leverkusen et Xabi Alonso ne lâchent pas Dean Huijsen

Pourtant, difficile de reprocher au technicien allemand du Borussia ce nouveau schéma tactique puisque le club allemand est actuellement le dauphin du Borussia Dortmund, qui caracole en tête de la Bundesliga. Pas de quoi ébranler la confiance du milieu de terrain français qui, malgré un court passage en réserve (1 match 1 but et une passe décisive), redouble d’efforts à l’entraînement. Et lors du match perdu 0-2 face au RB Leipzig, Cuisance a été récompensé de ses efforts en effectuant une très prometteuse entrée en jeu. S’il n’a joué que 15 minutes, il s’était fait remarquer par une belle activité au milieu de terrain et avait réalisé plusieurs dribbles et renversements de jeu de qualité dans le sillage de ce qu’il avait pu montrer la saison passée lors de son éclosion au plus haut niveau. Une entrée en jeu qui n’a visiblement pas séduit outre mesure le technicien allemand du Borussia qui a décidé de ne pas le faire entrer contre Stuttgart ce dimanche.

La suite après cette publicité

Des clubs français et étrangers sont venus aux nouvelles

Dans l’entourage du joueur, l’heure est clairement à l’interrogation. Souhaitant poursuivre sa progression dans un club de bon niveau qui lui faisait confiance, l’international U20 tricolore avait repoussé des approches pour rester et prolonger à Mönchengladbach. En ce début du mois de décembre, le temps de jeu n’est clairement pas à la hauteur des espérances et des promesses formulées en juin dernier par Max Eberl, le directeur sportif du club allemand. Selon nos informations, plusieurs clubs français et européens sont venus aux renseignements pour prendre la température. L’heure n’est pour l’instant pas à un départ, mais un statu quo du temps de jeu de Cuisance pourrait précipiter un changement de cap à 180° pour l’ancien joueur de l’ASNL…

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité