Premier League : Everton renverse Arsenal et retrouve le sourire

Everton a retrouvé la victoire en Premier League en renversant Arsenal (2-1, J15) à Goodison Park. Richarlison, d'abord frustré par la VAR, a remis les siens sur de bons rails avant que Demarai Gray n'offre aux Toffees leur premier succès depuis le 25 septembre dernier. Les Gunners sortent du top 5.

Richarlison (Everton) râle après un but refusé pour un léger hors-jeu contre Arsenal
Richarlison (Everton) râle après un but refusé pour un léger hors-jeu contre Arsenal ©Maxppp

Il aura donc fallu attendre 45 minutes pour voir une partie de football intéressante, vivante et rythmée entre Everton et Arsenal ce lundi, pour clôturer la 15ème journée de Premier League. Si les Gunners de Mikel Arteta, privé de son meilleur buteur Emile Smith Rowe pour ce match, repartent bredouilles de Goodison Park (1-2), l'addition aurait pu être beaucoup plus salée face aux Toffees de Rafael Benitez, contraint lui de composer sans Lucas Digne et Dominic Calvert-Lewin. Car l'assistance vidéo à l'arbitrage, qui a refusé deux buts à Richarlison pour une histoire de centimètres, risque encore de faire parler d'elle chez nos voisins anglais.

La suite après cette publicité

Au cours d'un premier acte soporifique et globalement décevant, aucune des deux formations n'est parvenue à emballer le match. Mais Arsenal est rentré aux vestiaires grâce à une reprise de volée de grande classe de Martin Odegaard, sur un caviar distillé par Kieran Tierney (0-1, 45e+2), de retour dans le XI de départ, au détriment de Nuno Tavares, tout comme Granit Xhaka, de retour de blessure plus tôt que prévu. Et ce alors qu'Everton venait de voir Mike Dean refuser un premier but à Richarlison après intervention de la VAR (44e). Les Gunners ont d'abord eu le pied sur le ballon sans se montrer dangereux, avant de reculer et de laisser plus d'opportunités à Everton de s'exprimer. Mais, d'un côté comme de l'autre, les joueurs ont été trop timides dans leurs intentions, à l'image de Demaray Gray (13e, 27e) ou encore d'Abdoulaye Doucouré (25e).

Richarlison récompensé, Gray aussi

La pause aura donc fait le plus grand bien aux 22 acteurs, revenus sur la pause avec de bien meilleures intentions. Mais comme en première période, Arsenal, d'abord plus offensif et entreprenant (55e), n'a pas réussi à faire le break, faisant preuve de trop de maladresse dans les derniers mètres. Préféré à Pierre-Emerick Aubameyang (rentré en jeu à la 85e minute) à la pointe de l'attaque des Gunners, Alexandre Lacazette a lui eu du mal à être trouvé et n'a pas su créer le danger. Sauf qu'Everton, sous l'impulsion d'un Abdoulaye Doucouré en jambes, a de son côté multiplié les offensives pour stopper sa série de 3 défaites consécutives en championnat. Et à force de trop reculer, Arsenal s'est logiquement fait punir.

Si l'attaquant brésilien du club de la Mersey, bien servi par le milieu français, a une nouvelle fois été frustré par la VAR (57e), il a pu exulter en reprenant victorieusement de la tête une frappe du très remuant Demarai Gray s'étant écrasée sur barre (1-1, 80e). Les joueurs du club de la capitale anglaise auraient pu faire un hold-up si Eddie Nketiah n'avait pas raté un but tout fait, envoyant sa tête sur le poteau à quelques centimètres du but de Jordan Pickford (84e), ou encore sans un sauvetage de Seamus Coleman devant Martin Odegaard (90e+1).

Mais Gray a finalement offert la première victoire depuis le 25 septembre dernier aux siens d'une superbe frappe trompant Aaron Ramsdale à l'aide du poteau (2-1, 90e+2). Les occasions ratées d'Alex Iwobi face à Ramsdale (90e+6) mais surtout de PEA, dans les toutes dernières secondes (90e+7), n'ont rien changé à l'issue de cette partie. Grâce à ce succès, Everton remonte à la 12ème place et met surtout fin à une série de 8 matchs sans gagner en Premier League. Arsenal, défait pour la 3ème fois sur ses 4 dernières sorties en championnat, est éjecté du top 5. Arteta va devoir remobiliser son capitaine et les siens, trop brouillons contre Everton.

Plus d'infos

Commentaires