La partie de poker géante qu’est le mercato a pris fin jeudi dans les principaux championnats européens (vendredi en Espagne). Une partie au cours de laquelle les clubs comme les joueurs ont abattu toutes leurs cartes pour tenter d’arriver à leurs fins. Certains ont opté pour la stratégie du clash à l’instar d’Ousmane Dembélé, qui était prêt à tout pour rejoindre le FC Barcelone. D’autres ont été moins déterminés que le Français mais ont quand même pu changer de club. Enfin, il y a eu comme toujours des perdants.

Alexis Sanchez (Arsenal) : si on devait retenir un seul nom, ce serait le sien. Le Chilien n’a jamais caché son souhait de quitter les Gunners cet été. L’ancien joueur du Barça voulait jouer la Ligue des Champions (Arsenal joue la Ligue Europa) et voulait surtout continuer en Premier League. Manchester City réunissait toutes les conditions. Mais c’était sans compter sur Arsenal. À chaque conférence de presse, Arsène Wenger n’avait cessé de répéter qu’il voulait garder son joueur. Ce, même si son contrat prenait fin dans un an, soit en juin 2018. Il a fallu attendre les derniers jours du mercato pour voir la position d’Arsenal évoluer. Après avoir tenté de récupérer un joueur dans la transaction, en l’occurrence Raheem Sterling, les Londoniens avaient une offre de 65 M€ sur la table le 31 août. Un accord était proche et des émissaires de Man City avaient été envoyés au Chili, où le joueur est en sélection, pour passer les tests médicaux. Finalement dans l’impossibilité de recruter Thomas Lemar (Monaco), Arsenal a fait volte-face alors que tout semblait bouclé. Les relations avec City mais surtout avec Alexis Sanchez seraient tendues. Les prochains mois s’annoncent compliqués à Londres.

Diego Costa (Chelsea) : lui aussi voulait s’en aller cet été. Antonio Conte lui a envoyé un SMS en fin de saison pour lui signifier qu’il n’entrait pas dans ses plans. Rapidement, l’attaquant espagnol a fait savoir qu’il ne quitterait les Blues que pour retourner à l’Atlético Madrid. Patient durant quelques semaines, Diego Costa a perdu ses nerfs. Il a multiplié les sorties médiatiques fracassantes contre les Londoniens. Il a ensuite formulé une demande de transfert pour forcer son départ. Enfin, il a menacé les Colchoneros qu’il irait voir ailleurs s’ils ne faisaient pas les efforts pour le recruter. Finalement, l’attaquant de 28 ans n’a pas quitté les pensionnaires de Stamford Bridge. Il reste à savoir comment cela va désormais se passer pour celui qui avait menacé de rentrer au Brésil et de ne pas jouer jusqu’au prochain mercato. Chelsea, qui n’a pas réussi à boucler l’arrivée de Fernando Llorente, va certainement tenter d’arrondir les angles. À moins que le joueur ne rejoigne un championnat où le mercato est encore ouvert.

Virgil van Dijk (Southampton) : proche d’un départ cet hiver, le défenseur néerlandais avait dû se résoudre à rester chez les Saints. Il pensait certainement avoir un bon de sortie cet été. D’autant que Liverpool s’est positionné très tôt pour l’enrôler. Mis à l’écart à Southampton depuis la reprise par Mauricio Pellegrino, van Dijk a ensuite passé la seconde en faisant une demande de transfer request pour forcer son départ. Mais cela n’a pas été suffisant. Ni cette manoeuvre, ni les millions d’euros proposés par les Reds n’ont fait changer les Saints de position. Un des grands perdants du mercato à coup sûr.

Philippe Coutinho (Liverpool) : « Je suis très heureux parce qu’il a marqué un but, surtout en cette période difficile et triste pour lui. Il nous a aidés pour la victoire », a confié son ami et compatriote Neymar à son sujet en sélection brésilienne. Triste, Coutinho l’est forcément. Pendant plusieurs semaines, le FC Barcelone a tenté de finaliser son transfert. Mais le club de la Mersey n’était pas disposé à le laisser partir. Malgré des propositions élevées de la part des Catalans (on a parlé de 150 millions d’euros), les Reds n’ont pas cédé. Le Barça a abandonné le 1er septembre, lors du dernier jour du mercato en Espagne. Coutinho continuera à jouer pour les pensionnaires d’Anfield Road.

Riyad Mahrez (Leicester)  : le Fennec a dû penser que cette fois serait la bonne. Après n’avoir reçu aucune offre l’été 2016, Mahrez est resté à quai encore cet été. Pourtant, l’AS Roma a formulé plusieurs offres pour lui. Mais les Foxes, qui demandaient 45 millions d’euros, se sont montrés intransigeants. Le 31 août, il a été autorisé à quitter le rassemblement de l’équipe d’Algérie pour aller régler un transfert éventuel. Annoncé à Chelsea et Barcelone, Riyad Mahrez n’a finalement pas été transféré. Il reste donc à Leicester City où son professionnalisme a été loué durant toute la période de mercato puisqu’il n’a pas fait de vagues. La prochaine sera peut-être la bonne pour l’Algérien...

Fabinho (AS Monaco) : son nom pourrait apparaître à chaque fois dans ce papier. Annoncé sur le départ chaque saison, il restait au final. C’est encore le cas cette année. Pourtant, Monaco lui avait accordé un bon de sortie en cas de bonne offre. De son côté, le Brésilien n’avait jamais caché son souhait de s’en aller. Le Paris Saint-Germain était intéressé à l’idée de le recruter. Le club de la capitale avait même formulé une offre de 60 millions d’euros pour lui. Mais Monaco, qui a lâché Kylian Mbappé, n’a pas plié. Il reste donc sur le Rocher une nouvelle fois. Le Brésilien est maudit.

William Vainqueur (AS Roma)  : on en n’a pas entendu parlé que tous les autres joueurs mentionnés au-dessus. Pourtant, le milieu de terrain est aussi l’un des perdants du mercato. On a évoqué un retour du côté de l’Olympique de Marseille où il était prêté la saison précédente. Le footballeur appartenant à l’AS Roma n’était pas contre. Andoni Zubizarreta a avoué en conférence de presse que des discussions avaient eu lieu en juin avec le joueur et son agent. Finalement, Vainqueur n’est pas revenu. Même si le vestiaire olympien a tenté de faire pression sur la direction pour le faire revenir d’après L’Équipe, cela ne s’est pas fait. Le joueur a laissé exploser sa frustration en postant un message sur Twitter une fois le mercato terminé. « Après l’heure c’est plus l’heure ... paroles paroles paroles ». Le message est clair !

Jean Michaël Seri (OGC Nice) : dans ses rêves, le milieu niçois voulait rejoindre le FC Barcelone Un rêve qui aurait pu devenir réalité puisque les Catalans étaient intéressés par ses services. Mais l’opération est tombée à l’eau. Le joueur ; qui bénéficiait d’un bon de sortie à 40 M€, avait taclé ses dirigeants dans une interview accordée à Mundo Deportivo. « Les dirigeants de mon club ne m’ont rien dit, ils ne m’ont même pas regardé dans les yeux. Il était clair que quelque chose s’était passé : ils m’ont promis une chose, puis il s’est avéré qu’ils n’ont pas respecté leurs promesses et ont demandé plus d’argent ». Mais les Aiglons se sont défendus en indiquant que c’est le Barça qui avait fait machine arrière. L’agent du joueur a lui précisé que c’était le PSG qui avait fait capoter l’opération. « Le PSG a appelé il y a trois jours parce qu’il voulait b... le Barça, mais ni moi ni le joueur ne voulons du PSG. Maintenant, le PSG fait pression sur le club (Nice) pour prendre le joueur, c’est fou. Ils veulent juste le faire pour b... le Barça ». Le joueur a confié qu’il vivait très mal l’échec de son transfert.

Diafra Sakho (West Ham) : mercredi, le Sénégalais pensait qu’il aller rejoindre le Stade Rennais. Il avait passé une partie de sa visite médicale. L’optimisme était de rigueur jusqu’à un tweet du président des Hammers en fin de journée. Ce dernier a annoncé que son joueur était intransférable. Un coup dur pour Rennes qui avait posé 10 millions d’euros sur la table et qui avait proposé un contrat de 4 ans. Un coup dur aussi pour le joueur qui était décidé à rejoindre la Bretagne. « J’ai donné ma parole à Rennes, je signe à Rennes », a-t-il confié à sa direction quand elle lui a parlé d’une surenchère de Crystal Palace. Finalement, West Ham a décidé de ne pas le laisser partir car les Londoniens ne sont pas arrivés à boucler l’arrivée d’un autre offensif. D’après nos informations, les Hammers vont offrir une prolongation à Diafra Sakho.

.