Pour le premier gros test de l’ère Laurent Blanc, l’équipe de France a répondu présente ce soir sur la pelouse de Wembley. À la clé, une victoire probante (1-2), dans la manière notamment. Disciplinés et décidés à produire du jeu, les Bleus ont réalisé un match plein. Karim Benzema (16e), après un joli une-deux avec Florent Malouda, et Mathieu Valbuena (55e), à la conclusion d’un joli centre de Bakary Sagna, sont les buteurs du soir. Ces deux éléments s’annoncent d’ailleurs comme des hommes forts du nouveau sélectionneur.

Le premier, s’il n’est toujours pas titulaire au Real Madrid, prouve qu’il est actuellement le meilleur attaquant français. Sur ses cinq matches en sélection cette année, l’ancien Lyonnais a inscrit trois réalisations. Indispensable. Quant au second, il s’impose petit à petit comme un cadre. À chaque fois qu’il est titulaire en Bleu, la France gagne ! Outre ces deux-là, on soulignera la belle prestation d’ensemble des Tricolores avec une mention spéciale pour Samir Nasri, qui n’a jamais hésité à prendre le jeu à son compte, et à Éric Abidal, qui a été à la hauteur pour son retour.

La belle performance du soir est toutefois à relativiser au vu de l’opposition présentée par l’Angleterre ce soir. La sélection des Three Lions, privée de plusieurs cadres (Wayne Rooney en tête) et rajeunie par la force des choses, a déçu, pêchant dans l’envie et l’agressivité. Les hommes de Fabio Capello n’ont sauvé l’honneur qu’en toute fin de match par Peter Crouch (86e). L’équipe de France passera un test certainement autrement plus sérieux le 9 février 2011 au Stade de France face au Brésil. D’ici là, ne faisons pas la fine bouche et profitons de ce succès face à la sixième nation au classement FIFA. Ça faisait tellement longtemps qu’on attendait une telle victoire...

L’homme du match : Samir Nasri (7) : il l’a répété à plusieurs reprises ces derniers jours, il l’a prouvé ce soir : le milieu de terrain d’Arsenal a envie d’être l’un des leaders de l’équipe de France version Laurent Blanc. L’ancien Marseillais a pris ses responsabilités dans le jeu grâce à de belles orientations et un engagement remarquable. Une frappe sur le poteau à mettre à son actif en prime (83e).

Angleterre :

Foster (4,5) : une première intervention peu sereine en début de match suite à une frappe de Malouda (9e). Il détourne dans la foulée en corner une bonne tentative de Gourcuff (11e), mais est surpris sur l’ouverture du score par la frappe de Benzema entre lui et son premier poteau. Impuissant sur le but Valbuena, il est à la parade sur une frappe de Nasri en fin de partie (83e). Au final, une prestation en demie-teinte pour le gardien de Birmingham City, qui devra travailler ses relances au pied.

Jagielka (4) : positionné en première période à un poste d’arrière droit inhabituel pour lui, il n’a logiquement pas été à l’aise, ne montant que très rarement. Le joueur d’Everton n’a pas non plus été impérial défensivement, à l’image du premier but français où il se fait mystifier par le une-deux entre Benzema et Malouda. Replacé dans l’axe lors du second acte, il est passif sur le but de Valbuena. Particulièrement lent, pas sûr qu’il ait marqué des points dans l’esprit de Capello.

Lescott (5) : une prestation moyenne de la part du Citizen. Quelques bonnes interventions, mais il a comme l’ensemble de la défense anglaise manqué d’agressivité. Un peu mieux en seconde mi-temps.

Ferdinand (4,5) : le capitaine n’était pas franchement dans un grand soir. Hésitant, il n’a jamais paru très serein. On était en droit d’attendre mieux du leader qu’il est censé être. Il a laissé sa place à Richards à la mi-temps, qui a tenté d’apporter offensivement côté droit, mais il s’est progressivement éteint au fil du temps.

Gibbs (4) : si Sagna est souvent venu l’embêter dans sa zone, il n’a pas vraiment rendu la pareille à son coéquipier d’Arsenal. Il a plutôt bien contenu Valbuena, mais il n’a pas beaucoup aidé Milner offensivement. À sa décharge, la doublure de Clichy chez les Gunners revient à peine d’une grave blessure et est donc à court de compétition. Warnock a pris sa place à la 72e minute, mais n’a pas vraiment eu le temps de rentrer dans le match.

Barry (4,5) : timoré en début de match, il est peu à peu monté en puissance, offrant quelques éclats dans ses passes. Il a toutefois paru emprunté. On a connu le Skyblue beaucoup plus inspiré. Supplée par Young (5) à la mi-temps, qui a apporté son jus et botte le corner de la réduction de l’écart anglaise.

Henderson (3,5) : une première sélection très délicate, lors de laquelle il a beaucoup souffert face au milieu tricolore. Averti pour un tacle appuyé sur Gourcuff dès le retour des vestiaires (48e), il a parfois semblé perdu, sans doute impressionné par l’évènement. Se contentant (trop) souvent de jouer en retrait, il s’est montré bien timide. Mais le milieu de Sunderland n’a que 20 ans, et tout l’avenir devant lui.

Gerrard (5,5) : cherchant peut-être à s’économiser en première mi-temps, il n’a joué que quand il avait le ballon, et fit preuve d’une désagréable tendance à marcher le reste du temps. Repositionné un cran plus bas en deuxième période, le capitaine de Liverpool fut beaucoup plus actif et dangereux pour les Français. Il aurait pu marquer à plusieurs reprises, comme quand il reprend de la tête un coup franc rentrant de Johnson (63e). Touché en fin de rencontre, il est contraint de laisser sa place à Crouch (85e), qui reprend bien un corner du plat du pied droit sur son premier ballon.

Milner (3) : peu en verve tout au long du match, il a erré comme une âme en peine sur la verte pelouse de Wembley. Sa lenteur l’a empêché de prendre le dessus sur Sagna, et il n’a jamais su peser d’une quelconque façon sur la rencontre. Il a complètement disparu de la circulation en deuxième mi-temps, et il est même étonnant de l’avoir vu disputer l’intégralité de la rencontre.

Walcott (4) : une vitesse prodigieuse, mais le TGV anglais n’a que trop rarement pu l’exploiter. Bien tenu par Abidal ou Mexès, le Gunner n’a pas eu vraiment l’occasion de jouer sur son gros point fort. Remplacé par Johnson (5,5) à la pause, dont le pied gauche a posé quelques soucis à l’arrière-garde française, surtout en fin de rencontre. Le virevoltant ailier aura eu le mérite de réveiller la morne attaque des Three Lions.

Carroll (5,5) : esseulé sur le front de l’attaque, il s’est bien démené, livrant notamment une belle bataille face aux défenseurs centraux français. L’avant-centre de Newcastle, qui honorait ce soir sa première sélection contre l’avis de son club, a été l’une des rares satisfactions britanniques. Remplacé par Bothroyd (72e). L’attaquant de Cardiff ne s’est pas montré très adroit malgré sa bonne volonté.

France :

Lloris (5,5) : soirée plutôt tranquille pour le capitaine de l’équipe de France. Serein sur un coup franc de Gerrard (2e), attentif sur une frappe écrasée de Milner (27e), bien placé sur une frappe timide de Carroll (32e) et sur une tête de Bothroyd (92e) : le Lyonnais n’a jamais été réellement mis en danger, mises à part deux actions de Gerrard (63e et 79e). À noter quelques sorties bien senties et des dégagements précis dans l’ensemble. Il ne peut pas grand-chose sur le but de Crouch.

Sagna (6) : le latéral droit est à créditer d’un match très correct. Solide défensivement dans les duels, le pensionnaire d’Arsenal n’a poussé ses montées offensives qu’une seule fois. Il en a profité pour adresser un centre décisif à Valbuena sur le deuxième but. Dommage qu’il ne le fasse pas plus souvent… Remplacé par Réveillère (87e). Le Lyonnais n’a pas eu le temps de se mettre en évidence.

Rami (6) : le Lillois a livré un combat physique de haute volée face à Carroll en première période. Parfois bougé, il n’a jamais lâché. Ses quelques relances dans l’axe auraient pu coûter cher. Au retour des vestiaires, le Dogue a été impérial, notamment dans le domaine aérien. Preuve de son implication, il a terminé la rencontre perclus de crampes.

Mexès (6) : d’entrée, on a senti l’ancien Auxerrois très concerné. Concentré et motivé, il a coupé les lignes de passes anglaises. Parfaitement placé, il a, qui plus est, couvert les rares défaillances de ses partenaires. Trop juste physiquement, le Romain est sorti à la pause. Remplacé par Sakho (6) (46e). Pour sa première sélection, le Parisien est très vite entré dans son match, se montrant plusieurs fois décisif devant Gerrard, Milner, Carroll ou Johnson. Prometteur.

Abidal (6,5) : agressif au marquage de Walcott en première mi-temps, le Blaugrana a montré qu’il était en très grande forme. Participant judicieusement aux manœuvres offensives aux côtés de Malouda et Benzema, le gaucher s’est presque toujours bien replacé, n’étant pris en défaut qu’une seule fois par la vitesse du Gunner. Davantage gêné par Johnson en seconde période, il n’a pas failli.

M’Vila (6) : le Rennais a montré deux visages ce soir. Parfois fébrile, il a perdu quelques ballons a priori faciles et lâché des marquages dans des situations délicates. Souvent incisif, le jeune talent s’est offert des jaillissements pleins d’à-propos et des interventions propres. Jamais aussi efficace que lorsqu’il est simple, le Breton a pourtant parfois tendance à se compliquer la vie.

Nasri (7) : voir ci-dessus

Gourcuff (6) : chargé de mener le jeu avec Nasri, le Lyonnais a joué plutôt bas. Très en vue en début de match, il s’est montré disponible. Important dans la maîtrise et la conservation du ballon, il a su tantôt épauler M’Vila, tantôt se porter vers l’avant. Il laissera toutefois une impression mitigée après avoir disparu de la rencontre par moments. Remplacé par Hoarau (85e).

Valbuena (6,5) : habitué à évoluer à gauche ces derniers temps à l’OM, le lutin a retrouvé son côté droit ce soir. S’il a parfois eu du mal à combiner avec ses partenaires offensifs et à ajuster ses centres, le Marseillais s’est rattrapé en faisant énormément d’efforts défensifs. Un travail de sape récompensé par un joli but d’une reprise de volée du droit (55e). Remplacé par A. Diarra (68e). Le Bordelais, malgré son précieux gabarit, a mis du temps à entrer dans son match, lâchant même le marquage sur Crouch sur le but anglais.

Malouda (6) : s’il n’a pas été éblouissant, le Guyanais a facilement pris le dessus sur Jagielka en première période, variant provocations balle au pied et combinaisons avec Abidal, Nasri et Benzema. C’est d’ailleurs lui qui offre le premier but au Madrilène. Présent dans le replacement défensif, le Blue de Chelsea a livré un match complet. Remplacé par Payet (77e). Sur ses rares ballons, le n° 14 tricolore a fait preuve d’intelligence de jeu, de simplicité et de sérénité.

Benzema (7) : dans la lignée de ses dernières sorties en Bleu et au Real Madrid, l’attaquant tricolore a montré qu’il était en forme. Auteur d’un très joli but (16e), le Merengue s’est montré combatif, mais aussi très tranchant dans ses appels et dans ses prises de balle. Seul bémol : comme il quitte un peu trop l’axe pour s’exiler à gauche, ses partenaires manquent parfois de solutions dans la surface. Remplacé par Rémy (68e). Le Marseillais a malheureusement eu trop peu de ballons à se mettre sous la dent pour être jugé.