Hier soir, le journal El Mundo a lâché un pavé dans la mare. Le média a affirmé que le FC Barcelone a convaincu l’Atlético de Madrid de ne pas publier les mails démontrant une négociation illégale avec Antoine Griezmann en lui versant un chèque de 15 M€ + des options préférentielles sur plusieurs Colchoneros. Une information démentie à demi-mot par le président madrilène, Enrique Cerezo.

« Le dossier Griezmann a été refermé avec l’amende ridicule de 300€. Concernant l’argent, je ne vais pas en parler, mais en ce qui concerne les droits préférentiels (sur de nombreux joueurs, dont Saúl Ñíguez et José María Giménez), ça n’a rien à voir avec Griezmann », a-t-il déclaré à Marca.