Un véritable ras de marée. Mardi soir, le Real Madrid officialisait la venue de Julen Lopetegui comme entraîneur pour la saison prochaine, en remplacement de Zinedine Zidane, qui a démissionné. Seulement voilà, l’entraîneur de 51 ans était à la tête de l’Espagne et préparait la Coupe du monde avec la Roja. Lopetegui devait donc s’installer sur le banc merengue après le Mondial en Russie, mais la Fédération espagnole de football en a décidé autrement. Moins de 24 heures après l’annonce du Real Madrid, le sélectionneur espagnol a été démis de ses fonctions par la Fédé et Luis Rubiales, le président de la RFEF, qui a justifié ce choix : « la sélection est l’équipe de tous les Espagnols. Les choses ne peuvent pas se passer comme ça, pas en l’apprenant cinq minutes avant que cela soit officiel, ni trois jours avant le début d’un Mondial. La Fédération devait prendre cette décision, elle ne pouvait pas être laissée de côté de cette façon. (...) J’ai appris son départ au Real Madrid cinq minutes avant la publication du communiqué officiel après deux coups de fil. »

Un coup dur pour Julen Lopetegui, qui donc pu prendre les rênes du Real Madrid plus rapidement. Ce dernier a finalement été présenté lors d’une conférence de presse ce jeudi soir, en compagnie de Florentino Pérez. Et l’homme fort du club espagnol a d’abord tenu à rappeler qu’il avait jugé bon de parler de cet accord avant la Coupe du monde : « je sais que tu rêvais du Mondial. Tu avais deux rêves, parfaitement compatibles : mener l’Espagne à son deuxième sacre mondial et entraîner le Real Madrid. Le Real Madrid et Julen Lopetegui étaient tombés d’accord pour travailler ensemble après la fin du Mondial. Nous pensions qu’il fallait l’annoncer le plus rapidement possible par transparence et ce n’est pas la première fois que ce genre d’accord arrive. »

Florentino Perez se paie la Fédération espagnole !

Si la manière n’a donc pas été la bonne selon la Fédération espagnole de football, Florentino Pérez a souhaité adresser un véritable tacle à son homologue Luis Rubiales, remonté hier lors de sa conférence de presse au moment d’annoncer le limogeage de Lopetegui. « Je regrette que cet accord ait été vu comme un manque de loyauté par certaines personnes. Je dois dire que nous sommes parvenus à un accord rapidement et nous avons décidé de le rendre public par souci de transparence, nous voulions éviter les rumeurs qui auraient pu gêner le travail de la sélection. J’ai prévenu le président du choix. Une absurde réaction d’orgueil, renforcée par ceux qui se sont empressés de vouloir mépriser le Real Madrid. Il a eu une réponse disproportionnée au vu des précédents, des dizaines de cas d’entraîneurs qui ont signé avant ou pendant des compétitions internationales », a tout simplement lâché le président merengue !

Luis Rubiales ne devrait donc pas apprécier les réflexions de Florentino Pérez, et ce dernier a tenu à terminer sa prise de parole en mettant en avant son club. L’homme d’affaires de 71 ans a expliqué que l’image du triple vainqueur de la Ligue des champions était importante et ne pouvait être bafouée : « le Real Madrid se sent heureux et fier d’avoir contribué aux succès de la sélection d’Espagne. Nous devons rester unis face à ceux qui tentent de faire du mal à l’image du Real Madrid. » Avec Julen Lopetegui à ses côtés, Pérez a conclu en parlant directement de son nouvel entraîneur. « On a ruiné le rêve de Julen après deux ans de travail acharnés à la tête de la sélection », a-t-il lâché. La guerre semble donc déclarée entre la Fédération espagnole de football et Florentio Pérez...