Il suffisait de voir la tête et la posture de Luka Elsner, l’entraîneur d’Amiens, au Stade de la Licorne, ce samedi en fin de soirée, pour comprendre que ce qui s’était passé était assez dingue. Menée par Amiens après une grossière erreur de relance de Benjamin Lecomte dès la 9e minute et un but de Serhou Guirassy, l’AS Monaco a réussi à faire son retour et a fini par l’emporter en toute fin de rencontre grâce à des réalisations de Wissam Ben Yedder (85e) et d’Islam Slimani (90e+3).

Ce dimanche, les Monégasques sont donc cinquièmes de notre championnat avec quatorze points de retard sur le deuxième, l’Olympique de Marseille. Mais l’important n’est pas là. En effet, l’entrée en jeu d’Islam Slimani a totalement changé la donne et cela aurait pu ne jamais arriver. Mécontent en Ligue 1, le champion d’Afrique avec l’Algérie, prêté par Leicester, comptait bien quitter l’Hexagone pour voir si l’herbe était plus verte ailleurs.

Son entrée a boosté l’ASM

Il a traîné son spleen tout au long de ce mercato hivernal, il est forcément resté et son entraîneur, Robert Moreno, n’avait absolument rien contre lui : « pour moi, c’est bon d’avoir un joueur comme Slimani, pour avoir l’opportunité de mettre deux joueurs en attaque comme je l’ai fait à Paris. Je lui ai dit, c’est un joueur important pour nous. Mais il a un problème et nous devons attendre. (…) Il n’y a pas de problème, pour moi c’est un grand joueur et je lui ai dit. J’ai parlé avec tous les joueurs. Et j’ai dit ce que je pensais. Après ça, je ne peux rien faire. »

En le faisant entrer peu avant l’heure de jeu (58e), l’Espagnol s’est donc donné une chance de l’emporter alors que son équipe était en manque d’inspiration. De l’inspiration, justement, Moreno et Slimani en ont eu. L’attaquant aurait pu offrir une passe décisive pour Fofana et surtout obtenir un penalty, très étrangement non sifflé. Finalement, c’est lui qui, dans le temps additionnel, offrait la victoire aux siens d’une tête rageuse. « Oui, je pense que je n’ai fait qu’aider mon équipe. (...) Les grandes équipes, il faut avoir des gens sur et en dehors sur le terrain. Je suis rentré, j’ai fait ce que m’a dit le coach et ça s’est bien passé », a d’ailleurs expliqué le principal intéressé au micro de beIN Sports.

Tout Monaco l’applaudit

À Monaco, où il n’avait plus joué depuis le 12 janvier et le match à Paris (3-3), tout le monde était content pour lui. « Ça montre le caractère de l’équipe, notre envie de grimper au classement. Islam nous apporte beaucoup avec ses passes et ses buts. Son envie d’aider nous fait du bien. Wissam et Islam ont toujours montré une bonne entente, ça nous donne de la confiance même si on ne doit pas dépendre de deux joueurs. Mais on est plus forts comme ça », réagissait Adrien Silva, milieu de terrain et capitaine de son état, quand Moreno lâchait ses pensées sur Slimani : « c’est un grand joueur, je l’ai dit dès mon arrivée à Monaco. On a une attaque incroyable avec des joueurs top niveau. Je suis très content qu’il ait marqué. En même temps, toute l’équipe a fait de gros efforts, à l’image de Jovetic et de Keita ».

Enfin, le Vice-Président du club, Oleg Petrov, qui avait indiqué qu’il serait plus présent dans les médias, a aussi décidé de tirer son coup de chapeau à l’ex-Foxes tout en mettant à nouveau la VAR au centre du jeu. « Le problème entre le VAR et Monaco continue. Mais je suis aussi très heureux du résultat. Slimani est un joueur très important pour nous et son entrée le prouve encore. Il est parfaitement complémentaire avec Ben Yedder », a déclaré le dirigeant monégasque après la rencontre. Les Asémistes auront besoin d’un grand Slimani, qui avait cartonné lors des six premiers mois, pour espérer accrocher un podium qui n’est plus si lointain (six points).