Le choc entre le Real Madrid et le Paris Saint-Germain suscite bon nombre d’interrogations. Surtout du côté parisien. En attaque, Angel Di Maria pousse fort pour chiper une place de titulaire alors que la MCN est annoncée. Au milieu de terrain, le mystère plane toujours autour de celui qui sera aligné au poste de sentinelle (Lassana Diarra ou Giovani Lo Celso). Enfin, l’autre grosse interrogation concerne le poste de latéral gauche. À l’heure actuelle, les deux concernés, Layvin Kurzawa et Yuri Berchiche, n’offrent pas d’immenses garanties. Qui faut-il aligner demain ?

Berchiche, l’atout physique

Premier cité, l’ancien Monégasque est loin d’afficher une forme rayonnante, mais il possède l’avantage de l’expérience des matches de Ligue des Champions. Quant à son coéquipier espagnol, son passé d’ancien joueur de la Real Sociedad lui offre celui d’avoir déjà affronté les Merengues en Liga. Suffisant pour lui offrir son dépucelage en Ligue des Champions ? Car la question est bien là. Si le profil de Kurzawa ne réserve pas de grosses surprises, Berchiche a-t-il les épaules pour démarrer une rencontre aussi importante alors qu’il n’a pas été utilisé une seule fois par Unai Emery en phase de poules ?

« Physiquement, c’est une machine. Il manque énormément à la Real Sociedad. Pour moi, la clé de cette confrontation sera la réponse défensive du PSG. Nous avons tous en mémoire le 6-1 à Barcelone. Yuri devra gérer ses montées, il ne pourra pas passer tout le match à monter parce que sinon ils vont sûrement jouer dans son dos. Jouer au Bernabeu ne va pas lui mettre trop de pression. Et il faut se coltiner un taureau comme Yuri (rires). Mais bien évidemment on ne peut pas comparer le Yuri qui a joué au Bernabeu avec la Real Sociedad et le Yuri qui joue avec le PSG », nous a confié Mikel Recalde, journaliste au Noticias de Gipuzkoa.

Imperméable à la pression d’un match au Bernabeu ?

Berchiche, une option qui semble viable donc si Emery veut opter pour un style physique, notamment en cas de forte pression madrilène. Mais attention, car si l’ancien défenseur de la Real s’impose petit à petit en Ligue 1, des bémols existent quand même concernant ses qualités de guerrier. « Yuri est un joueur physique, combatif qui aime se frotter à ses rivaux. C’est dans ce genre de match qu’on peut le voir à l’oeuvre. Après, il faudra faire attention à l’aspect défensif. Outre le fait qu’il aime monter, il apprécie également aller au contact pour récupérer le ballon. Donc face à des joueurs techniques, habiles avec le ballon, il a peut rencontrer des difficultés parce qu’il peut se faire rapidement éliminer. Ce serait sa principale carence », nous prévient Juan Carlos Navarro, journaliste à Fichajes.com.

Des mises en garde qui sont toutefois inexistantes lorsqu’il s’agit d’évoquer un détail important de ce choc XXL : la pression d’un match à fort enjeu disputé dans l’antre du double champion d’Europe en titre. « Yuri est courageux et saura répondre. En tout cas, ce ne sera pas un joueur qui va se liquéfier s’il joue », estime Recalde. Idem pour Navarro. « Il a beaucoup de caractère. Il l’a prouvé donc je ne le vois pas fléchir face à la pression. Après, comme je vous l’ai dit, il va devoir ne pas être trop agressif et faire des fautes grossières ». A l’heure de choisir entre un joueur rompu aux joutes de LdC et un autre ayant déjà affronté le Real Madrid, Berchiche ne part donc pas avec plusieurs longueurs de retard.

Berchiche souvent à l’aise face au Real Madrid

« Le fait d’avoir joué contre Madrid est forcément une bonne chose pour Yuri », indique Recalde. Un avantage en plus duquel il faut également prendre en compte un élément important si Unai Emery décide de titulariser son compatriote. « Ici, en Espagne, le nom de Yuri commence à circuler pour la sélection nationale. Il est encore loin d’être appelé, mais ce match a une énorme importance pour lui. Il joue gros parce qu’il sait qu’il ne reste plus que deux convocations possibles (pour les matches amicaux de l’Espagne). Julen Lopetegui (le sélectionneur) a souvent fait confiance à des joueurs basques donc cette confrontation face au Real Madrid est le dernier wagon qui peut l’amener au Mondial, d’autant que face à la BBC, il n’a jamais été en grande difficulté », indique Recalde.

Une version confirmée par son confrère du Diario Vasco, Miguel Gonzalez. En effet, s’il a souvent encaissé de lourdes défaites face à la Casa Blanca sous le maillot de la Real Sociedad au Bernabeu (31/01/2015 : 1-4, 30/12/2015 : 1-3), Berchiche n’a jamais démérité. « Son rendement face au Real Madrid a toujours été bon. C’est vrai que la Real Sociedad a toujours encaissé beaucoup de buts contre Madrid, mais souvent ça ne venait pas du côté de Yuri. Parmi les défenseurs, c’était celui qui défendait le mieux surtout dans les airs, un détail important quand on sait que le Real aime centrer. Grâce à ses caractéristiques, Yuri aime bien jouer contre le Real. Contre le Barça, c’est différent. C’est une équipe qui a davantage le ballon, qui peut vous faire dézoner. Alors qu’un match contre le Real, c’est un petit jeu où chacun se rend les coups. Et ça convient parfaitement à Yuri ». Une chose est sûre : si Unai Emery décide de faire confiance au natif de Zarautz, ce dernier ne manquera pas de sources de motivation !