Foot Mercato : Vous êtes de retour en équipe de France. Quel est votre sentiment ? Est-ce qu’on revient toujours avec la même envie ?

Moussa Sissoko : C’est toujours un plaisir de revenir au château. L’équipe de France c’est quelque chose d’immense pour un joueur. Donc on aspire à y être à chaque fois. Comme vous l’avez dit, ça fait un moment que je n’étais pas revenu. Donc c’est avec une joie immense que je reviens au château et que je retrouve les amis.

FM : Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

M.S  : Mon état d’esprit est toujours le même quand je viens ici. Je viens ici avec la même envie d’essayer de bien faire, de bien jouer, de gagner les matches et de prendre le plus de plaisir possible sur le terrain. Je pense que c’est le plus important. Je ne reviens pas ici avec un état d’esprit revanchard ou quoi que ce soit. Le passé c’est le passé. Maintenant, je regarde de l’avant. Je pense qu’il n’y a que comme ça qu’on peut avancer.

FM : Il y aussi l’envie de montrer que le soldat Sissoko, très bon durant l’Euro 2016, est toujours là ....

M.S  : Personnellement, je sais qu’il est toujours là. Après, certains diront oui, certains diront non. Chacun dit ce qu’il a envie de dire. Moi, je me sens bien dans ma tête. Je pense que c’est le plus important.

FM : Est-ce que la sélection vous a manqué ?

M.S  : Oui, ça a manqué. Comme j’ai dit, ça faisait un moment que je n’étais pas revenu. On le sait, l’équipe de France a une place immense dans mon cœur. Retrouver les coéquipiers hier, c’était un grand moment pour moi. Je vais essayer de prendre un maximum de plaisir et essayer de bien faire sur le terrain en espérant qu’à la fin de ces deux matches on aura deux victoires.

FM : Comment avez-vous vécu cet été 2018, entre l’absence de la liste et le titre de champion du monde ? Est-ce la plus grande déception de votre carrière ?

M.S :Comment je l’ai vécu ? Lorsque j’ai vu que je n’apparaissais pas dans les vingt-trois, j’étais déçu. Ce qui est tout à fait normal. En tant que compétiteur, on aspire à y être. Mais comme je l’ai souvent dit, ce sont les choix du coach. Il faut savoir les accepter, même si à certains moments ça peut faire mal. Donc je suis allé en vacances avec ma famille. J’ai passé un bon moment avec eux. Par la même occasion, j’ai pu regarder les coéquipiers jouer cette Coupe du Monde et je pense que cette victoire était totalement méritée. J’étais content pour eux car j’ai beaucoup d’amis dans cette équipe. Je suis Français avant tout donc le fait de les voir soulever la coupe était quelque chose de bien. J’aurais voulu être parmi eux. Mais voilà, il en a été ainsi. Je continue à avancer et à faire mon petit bonhomme de chemin. Il me reste encore pas mal de chose à accomplir. J’espère y arriver d’ici la fin de ma carrière (...) La plus grosse déception de ma carrière...je ne sais pas. Je ne pourrais pas vous dire oui ou non. Comme tous joueurs, j’aurais voulu y être. Je n’y ai pas été. C’est comme ça. J’étais déçu mais pas abattu. Ça fait partie de la vie. On ne peut pas avoir tout ce que l’on souhaite. Aujourd’hui, c’est un autre moment, une autre étape. À moi de regarder vers l’avant, de faire mon petit bonhomme de chemin et essayer d’accomplir de nouvelles choses.

FM : Participer à l’Euro 2020, est-ce que cela peut être l’une de ces nouvelles choses dont vous avez parlé ?

M.S : Oui, tout à fait. C’est un objectif. Mais avant cela, il y a encore pas mal de temps. Je dois essayer d’accomplir de belles choses avec mon club d’ici l’Euro et espérer être appelé lors des prochaines sélections. Au fur et à mesure du temps, je verrai bien où je me situerai et à ce moment-là, je pourrai mieux juger.

FM : En conférence de presse hier, Didier Deschamps n’a encore dit que du bien de vous. Avez-vous eu une discussion avec lui ? Est-ce qu’il a maintenu le contact avec vous ces derniers mois ?

M.S : Non, je n’ai pas encore eu le temps discuter avec lui comme je suis arrivé hier soir après le repas. En arrivant, j’ai mangé et je suis allé me reposé. De toute façon, ce n’était pas pressé. Si on doit parler, on a les dix jours et on trouvera bien un moment pour discuter si on doit le faire. Depuis la Coupe du monde, c’est la première fois qu’on se revoit.

FM : Laurent Koscielny, il y a quelques mois, puis Mathieu Debuchy, il y a quelques jours, ont annoncé leur retraite internationale. Y avez-vous songé vous aussi ?

M.S  : Non, pas du tout (sourire). J’ai 29 ans aujourd’hui donc j’ai encore quelques années devant moi. Je n’ai pas du tout songé à prendre ma retraite internationale. Je veux continuer à donner le meilleur de moi-même en club et essayer de chambouler la tête du sélectionneur pour être dans les listes suivantes.

FM : En quoi l’équipe a-t-elle changé depuis la dernière fois que vous êtes venu ?

M.S : L’équipe a changé. Déjà, elle s’est beaucoup rajeunie. On voit que comparer à avant l’équipe est beaucoup plus jeune. Mais c’est toujours le même état d’esprit, il y a toujours la même ambiance, toujours la même envie. C’est ce qui fait la force de ce groupe et c’est ce qui fait qu’ils ont pu gagner la Coupe du monde. Donc c’est bien. Il va falloir continuer sur cette voie-là, sur cette voie de la réussite. On le sait, on sera beaucoup plus attendu et c’est tout à fait normal. Mais c’est à nous de répondre présent. Je pense que les matches qu’ils ont joué après la Coupe du monde n’ont pas été faciles. Mais ils ont su répondre présent et avec du caractère. Là, il y a deux matches qui arrivent. Le premier face à la Hollande, qui sera compliqué là-bas car c’est une équipe en forme actuellement. Si on fait bien les choses ensemble, il y aura la possibilité de revenir avec les trois points.

FM : Entre les jeunes qui poussent et le fait que les Bleus soient champions du monde, sentez-vous que c’est encore plus difficile d’entrer dans l’équipe à présent ?

M.S  : Tout à fait. Plus on avance, plus c’est compliqué. Aujourd’hui, on voit que tous les jeunes de ce groupe évoluent dans les plus grands clubs d’Europe. Donc ce n’est pas facile. Mais c’est bien ça veut dire qu’il y a plus de concurrence et que le niveau de l’équipe est encore plus élevé. C’est bien, il n’y a que comme ça qu’on peut avancer et gagner des choses.

FM : Parmi tous ces jeunes talents justement, lequel vous impressionne le plus ?

M.S : Je ne peux pas vous citer un nom car il y a beaucoup de jeunes talents dans cette équipe qui font de belles choses depuis un certain temps. Tous les jeunes qui sont arrivés, je leur tire mon chapeau. Ils ont montré de belles choses et ils ont donné un nouvel élan à cette équipe. De la fraîcheur aussi. J’espère qu’ils continueront à le faire et qu’ils mèneront l’équipe de France le plus loin possible.

Tottenham

FM : Vous avez entamé votre troisième saison à Tottenham. Quel statut pensez-vous avoir dans l’équipe ?

M.S : C’est une bonne question (il réfléchit). Je ne sais pas comment je peux juger mon statut. Je sais qu’en arrivant, ça n’a pas été évident. Je suis arrivé en fin de mercato. Beaucoup de choses s’étaient passées. Ce n’était pas évident pour moi. Mais je me suis accroché, je me suis battu, j’ai essayé de donner le meilleur de moi-même comme je l’ai toujours fait. Cette année, ça se passe bien. Très bien même. J’ai juste eu un pépin en début de saison, je m’étais blessé à l’ischio. Je me suis très bien rétabli, je suis très bien revenu. En ce moment, j’enchaîne les matches. On est performants. Donc c’est cool. J’espère continuer sur cette voie-là, faire plein de matches, être performant et essayer de gagner quelque chose en fin de saison.

FM : Quelles sont vos ambitions avec les Spurs ?

M.S : Mes ambitions personnelles sont d’essayer de jouer le plus de matches possible en tant que titulaire, d’essayer d’être un titulaire indiscutable. Après, le coach fait pas mal de changements mais mon objectif est d’essayer de jouer le plus de matches et d’être performant. On veut essayer de gagner une coupe et pourquoi pas le titre en Premier League. Ce sera difficile car il y a de très belles équipes. Mais nous avons aussi une belle équipe, un bon groupe. Je pense que c’est possible. On n’est pas loin au niveau du classement, le championnat est encore long. Donc ça va être à nous de nous battre jusqu’à la fin de la saison. Donc c’est à moi de continuer à bosser et comme je l’ai dit faire mon petit bonhomme de chemin, ne rien lâcher. À la fin de la saison, on pourra faire le bilan.

FM : Quelles sont vos relations avec Mauricio Pochettino, qui ne vous pas toujours ménagé ?

M.S : Elles sont simples. On a une relation de confiance, de respect et pour moi c’est le plus important. Je n’essaye pas de chercher plus. Quand on se voit, on se dit bonjour. Si on a quelque chose à se dire, on se le dit. Sur le terrain, j’essaye de faire mon travail, d’appliquer ce qu’il me dit. Si j’ai quelque chose à lui dire en retour, je lui dis. Je ne cherche pas à avoir quelque chose de plus. On s’entend bien comme il s’entend bien avec tous les autres coéquipiers. Je n’ai aucun problème avec lui.

FM : Lucas Moura vous a rejoint il y a quelques mois maintenant. Quel regard portez-vous sur lui et son évolution ?

M.S  : Lorsqu’il est arrivé, ça n’a pas été évident les six premiers mois. Il a joué, il n’a pas joué. Il était dans l’apprentissage de la Premier League. Mais depuis le début de la saison, il a vachement évolué. Il a fait une très belle présaison et depuis il enchaîne les matches. Il est performant, il est décisif, il marque et il fait marquer. Il se sent bien dans cette équipe. Il est en pleine confiance. Je suis content pour lui. Je ne suis pas étonné par son potentiel. Je le voyais jouer à Paris et je savais de quoi il était capable. Je pense que c’est pour ça que les Spurs l’ont recruté. Nous sommes contents de l’avoir parmi nous. J’espère qu’il va continuer comme ça et nous faire gagner plein de matches.

FM : Comme à chaque mercato, votre nom a été mentionné l’été dernier. Comment vous sentez-vous à Tottenham ?

M.S : Je me sens bien à Tottenham. Je suis bien installé. Tout va bien pour moi. Je suis avec ma petite famille là-bas. Ils s’y sentent bien. Je pense que c’est le plus important. Après vous pouvez me dire qu’à chaque mercato on entend mon nom, mais moi j’ai toujours été bien dans ma tête. C’est le plus important. Il y aura toujours des bruits de couloirs. Mais lorsqu’on est solide dans la tête, lorsqu’on sait ce qu’on veut et où on veut aller, il n’y a pas à réfléchir trop longtemps.

FM : Vous êtes en fin de contrat en 2021. Est-ce que vous voyez rester aussi longtemps à Tottenham ?

M.S : Si je vous dis oui, ce serait mentir. Si je vous dis non, ce serait mentir aussi car dans le football tout va vite. Je peux vous dire non et par exemple, demain il se passe quelque chose, le club veut me vendre ou moi je veux partir. C’est difficile de répondre à cette question. J’avance au jour le jour. Pour le moment, je me sens bien là-bas et c’est le plus important. J’essaye de continuer à avancer et à grandir. On verra ce qu’il se passera à l’avenir. Mais pour le moment, je n’ai pas la tête ailleurs.

FM : Vous avez bientôt 30 ans. Est-ce que vous commencez déjà à penser à la suite de votre carrière ? Revenir en France, est-ce que ça peut faire partie de vos plans ?

M.S  : Je ne serais pas contre. Mais je ne sais pas si je reviendrais en France ou pas. Est-ce qu’on voudra de moi en France aussi ? Voilà la question. Je ne sais pas aussi. Moi, je me sens bien en Angleterre. Depuis que j’ai commencé à jouer au football, j’ai toujours dit que j’espérais jouer en Angleterre car c’est le championnat qui correspond le plus à mes qualités et je ne pense pas m’être trompé. On verra plus tard. Je me sens bien là-bas et j’espère y rester encore un très long moment.

FM : Plusieurs pépites anglaises brillent cette saison à l’image de Jadon Sancho (Dortmund) ou Reiss Nelson (Hoffenheim). Quel jeune talent faut-il suivre selon vous du côté de Tottenham ?

M.S  : Chez nous, il y a le petit Harry Winks (22 ans). C’est un très bon joueur qui me fait penser à Steven Gerrard. Je trouve qu’il a le même profil. Il est en pleine évolution. De jour en jour, on le voit évoluer, progresser. Il est en pleine confiance. Il est même en équipe d’Angleterre A donc ça prouve que c’est un joueur de qualité. C’est lui le jeune joueur du club qui va exploser dans les années à venir.