Souvent critiqué pour ne pas avoir réussi à engager des pointures internationales, Arsène Wenger compte pourtant dans ses rangs deux éléments majeurs : Mesut Özil (28 ans) et Alexis Sanchez (27 ans). Deux joueurs arrivés à Arsenal en provenance du Real Madrid et du FC Barcelone. Deux éléments moteurs de l’équipe londonienne en termes de statistiques. L’Allemand reste en effet sur un titre honorifique de meilleur passeur du dernier exercice de Premier League (19 offrandes), tandis que le Chilien a inscrit 29 réalisations en championnat lors de ses deux premières saisons en Angleterre. Cette année encore, le duo Özil-Sanchez joue un rôle prépondérant, à savoir 3 buts en 7 matches de PL pour le champion du monde en titre et 4 buts (3 passes décisives) en 8 rencontres pour le Sud-Américain. Une valeur ajoutée sur le terrain, mais également sur le plan commercial, les deux Gunners faisant partie des joueurs de Premier League vendant le plus de maillots.

Autant d’arguments dont veulent profiter les deux stars d’Arsenal pour obtenir une juteuse prolongation de contrat. Liés aux Gunners jusqu’en 2018, Özil et Sanchez souhaitent prolonger l’aventure à l’Emirates Stadium de deux, voire trois, années supplémentaires. Mais pas à n’importe quel prix. Actuellement, les deux éléments émargent à un peu plus de 200 000€ par semaine (soit un peu plus de 10 M€ par an). Or le Times révélait dernièrement que le duo réclamait une forte revalorisation, à savoir 280 000€ hebdomadaires, soit un chèque de 14,5 M€ par saison et par joueur ! Une requête qui représente un lourd investissement pour un club dont la politique salariale consiste rarement à battre des records dans ce domaine. Les supporters d’Arsenal doivent-ils alors s’inquiéter ? Interrogé en conférence de presse, Arsène Wenger a essayé de se convaincre que l’argent ne dictera pas l’issue de ce dossier.

Wenger pas surpris par les demandes d’Özil et Sanchez

« Je pense que ce genre de joueurs peuvent encore progresser malgré l’aspect financier parce qu’ils ne sont pas pauvres. Ils doivent se concentrer sur le jeu. Nous avons une grille de salaires, mais tout s’est individualisé parce que chaque cas est spécial. Mais ne vous inquiétez pas, ils sont très bien payés. Je ne blâme personne. Si vous étiez un joueur, vous auriez fait pareil. C’est toujours difficile de garder les bons joueurs. Ils doivent ressentir que vous comprenez leurs besoins au club. Idéalement, vous ne devez pas attendre la dernière année de contrat, vous devez négocier avant. (...) Vous devez prolonger les contrats deux ans avant leur terme. Parfois un an avant. C’est un peu illogique parce que cela signifie que la valeur commerciale d’un joueur est inflationnaire donc vous ne voulez pas prolonger un contrat en offrant moins. Vous n’avez pas vraiment le choix. »

Lucide sur le contexte économique actuel du football, Arsène Wenger se pliera-t-il pour autant aux exigences salariales de ses stars ? À en croire le manager des Gunners, tout sera fait pour satisfaire au maximum ces requêtes. « Ils sont courtisés par d’autres clubs et c’est normal qu’ils essaient de tirer le maximum des négociations. Ils ne jouent que dix ans au top niveau si tout va bien. Toute ma vie je me battrai pour payer du mieux possible mes joueurs. » Reste à savoir si le duo Özil-Sanchez est d’accord avec l’Alsacien.