Thomas Tuchel ne digère pas les départs de Cavani, Kouassi et Meunier

Pour sa conférence de presse de reprise, Thomas Tuchel a évoqué non sans amertume les départs anticipés d'Adil Aouchiche, Edinson Cavani, Tanguy Kouassi et Thomas Meunier, alors que le PSG est encore en course dans trois compétitions.

Thomas Tuchel au bord de la pelouse
Thomas Tuchel au bord de la pelouse ©Maxppp

A quatre jours de la date fatidique du 30 juin, moment où les joueurs en fin de contrat sont libres d'aller voir si l'herbe est plus verte ailleurs, l'entraîneur du Paris Saint-Germain est venu évoquer, en conférence de presse, la fuite de ses talents. En fin de contrat à la fin du mois, Edinson Cavani (33 ans) et Thomas Meunier (28 ans) ont décidé de ne pas prolonger l'aventure de quelques semaines, pour aller au bout des trois compétitions dans lesquelles le PSG est encore engagé. L'Uruguayen, meilleur buteur de l'histoire du PSG (200 buts) a annoncé qu'il ne reviendrait pas au club, alors que Thomas Meunier s'est engagé hier en faveur du Borussia Dortmund pour les quatre prochaines saisons. De leur côté, les jeunes pousses Tanguy Kouassi (18 ans) et Adil Aouchiche (17 ans) ont décidé d'aller parapher leur premier contrat professionnel ailleurs.

La suite après cette publicité

Alors que le PSG doit prochainement disputer les finales de Coupe de France et de Coupe de la Ligue, mais également le final 8 de la Ligue des champions, au Portugal, du 12 au 23 août prochain, Thomas Tuchel n'a pas caché son agacement face à la fuite de ses talents. Le coach allemand ne semble pas comprendre les décisions de ses joueurs. « Je pense que c’est un peu dangereux de répondre par oui ou par non. Certaines choses ne sont pas si faciles. Est-ce que je peux comprendre de finir une compétition sans des joueurs qui ont commencé ? Non, je ne peux pas. Est ce que je peux comprendre les joueurs ? Non. Ce sont des choses bizarres. Des joueurs manquent, pas seulement Thomas (Meunier) et "Edi" (Edinson Cavani), mais aussi Tanguy Kouassi. C’était une équipe très forte, un groupe très soudé. Maintenant nous avons deux finales et la Ligue des champions sans des joueurs clés. C’est triste, bizarre, difficile à comprendre. Un mélange de plusieurs choses », a-t-il d'abord déclaré, avant de préciser sa pensée au sujet de ses espoirs.

«Ce n'était pas le moment pour Tanguy Kouassi de quitter le club»

«J’aime beaucoup travailler avec de jeunes joueurs de l’académie. Je suis triste, déçu, en tant entraîneur, pas personnellement. C’était très difficile de se battre pour une place au milieu dans cet effectif pour Adil Aouchiche, dans un club comme ça. Pour Tanguy, je comprends qu’il veuille essayer de trouver du temps de jeu autre part, mais je regrette parce que c’était un plaisir de travailler avec lui, parce qu’il a beaucoup de talent, mais il devait être patient. Tanguy, il a joué contre Dortmund avec nous, dans le match le plus important, le plus serré, le plus tendu. Il a joué pour nous sans contrat, à 17 ans, je lui ai témoigné beaucoup de confiance. Pour moi il avait un grand futur dans ce club. Il le sait. Ce n’était pas le moment pour lui de quitter le club. On lui a accordé notre confiance, il a eu des minutes, il pouvait jouer au milieu, en 6, en défense central, je suis triste, je ne comprends pas», a lâché un Thomas Tuchel désabusé, face aux journalistes.

Le coach allemand pourra au contraire se réjouir de voir Thiago Silva et Layvin Kurzawa, pourtant arrivés en fin de contrat, prolonger pour aider l'équipe à terminer le travail. Le latéral gauche pourrait finalement même prolonger plusieurs saisons. Malgré ces deux bonnes nouvelles, l'entraîneur parisien pense qu'il va devoir se creuser la tête pour combler la fuite de ses joueurs. D'autant qu'il n'y aura pas de mercato avant la fin de la Ligue des champions pour le PSG. «Si on perd un grand joueur comme Edi, un joueur super fiable comme Meunier, un grand talent comme Kouassi, on doit trouver des solutions. Ce n’est pas facile, on doit être créatif, c’est le défi. Si on achète un joueur maintenant, il ne peut pas jouer les deux finales ni la Ligue des champions. Le plus important est que mon staff ait l’énergie pour créer un groupe fort. Notre groupe est petit, mais avec des joueurs habitués à ce niveau. Ils savent qu’il faut se battre. On doit rester ensemble, soudés» a-t-il appuyé.

La mission Ligue des champions désormais plus compliquée

Qualifié pour les quarts de finale de la Ligue des champions, qui se disputeront sur un seul match, comme les demi-finales et bien évidemment la finale, le PSG conserve-t-il toutes ses chances de remporter la compétition, malgré quelques défections ? «Nous avons moins de chance, car moins de qualité, c’est clair, maintenant ce sera plus difficile dans cette compétition, clairement oui», a appuyé Tuchel, néanmoins optimiste. «On arrive en quarts, si on arrive en finales de coupes, nous sommes capables avec les 7 autres équipes de gagner la compétition. C’est un tournoi en un match, je suis convaincu qu’on va être très fort. Mais c’est clair que les partants vont nous manquer. On doit préparer l’équipe pour les deux finales. On a une équipe très forte dans la tête, même sous pression, sur le terrain, on a disputé une C1 extraordinaire avec tout le monde, maintenant c’est différent et ça va être plus difficile», a conclu le coach du PSG visiblement tourmenté par les départs de plusieurs de ses joueurs.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires