Real Madrid-Chelsea : les notes du match

Au terme d'un match globalement dominé par les Blues sous la pluie de Madrid, le Real et Chelsea se quittent sur un score de parité grâce à une nouvelle réalisation de Karim Benzema, qui a répondu à l'ouverture du score de Christian Pulisic. Les Blues d'un N'Golo Kanté insaisissable repartent en ballotage favorable avant la demi-finale retour de la Ligue des Champions à Stamford Bridge, le 5 mai prochain, mais ils peuvent regretter leur manque de réalisme tout au long de la rencontre.

Karim Benzema après son but contre Chelsea en C1
Karim Benzema après son but contre Chelsea en C1 ©Maxppp
La suite après cette publicité

Place aux demi-finales. Ce mardi soir, la première affiche du dernier carré de la Ligue des Champions proposait ce mardi un duel de prestige au stade Alfredo-Di-Stéfano entre le Real Madrid, club le plus titré de l'histoire de la compétition (13 victoires), et Chelsea, vainqueur de la C1 en 2012. Les deux formations, qui ont respectivement éliminé l'Atalanta puis Liverpool ainsi que l'Atlético et Porto aux tours précédents, étaient dans une forme remarquable avant le coup d'envoi de ce choc. Les Merengues restaient sur 17 matchs sans défaite alors que les Blues affichent un bilan plus qu'honorable de deux défaites en 21 rencontres disputées depuis l'arrivée de Thomas Tuchel sur le banc. Pour tenter de prendre une option pour la finale, Zinédine Zidane optait pour un 3-5-2 en choisissant de faire confiance à Militao et Nacho aux côtés de Varane, alors que le milieu Modric-Casemiro-Kroos était aligné devant le duo Benzema-Vinicius Jr. De son côté, l'ancien coach du PSG composait son 3-4-2-1 classique avec Christensen, Mount, Pulisic ou encore Werner alors que Kanté prenait place dans l'entrejeu avec Jorginho.

Dans les premières minutes de cette partie, les 22 acteurs se neutralisaient parfaitement grâce à deux blocs bien en place. Il fallait attendre la 10e minute pour voir la première occasion dangereuse de cette rencontre : après une énorme remontée de balle de Mount, Werner, bien servi par Pulisic, était idéalement placé à trois mètres du but mais butait tout de même sur un Courtois impérial. Une occasion à l'origine du premier temps fort de Chelsea, qui, après trois minutes de domination, ouvrait logiquement le score. Servi par une longue ouverture de Rüdiger, Pulisic pénétrait dans la surface et effaçait Courtois avant de conclure d'une frappe placée que Varane ne pouvait qu'effleurer (1-0, 14e). Le Real Madrid affichait de grosses lacunes défensives, faisant preuve de laxisme face aux attaquants adverses, et sa réaction n'intervenait que sur cette frappe de Benzema en dehors de la surface touchant le montant de Mendy (23e). Puis le buteur des Merengues frappait une nouvelle fois en réalisant un superbe enchaînement dans la surface adverse avant de fusiller Mendy pour remettre les deux équipes à égalité (1-1, 29e).

Un second acte plus équilibré

Avant la pause, ni Kroos (33e) ni Thiago Silva (37e) ne trouvaient le cadre sur leur frappe de loin, tout comme Werner sur cette incursion dans les 16,5 mètres espagnols (42e). Au retour des vestiaires, Chelsea mettait d'emblée la pression sur le Real Madrid pour repartir sur de bonnes bases mais ni Mount (46e) ni Werner (48e), contré par Varane dans la surface, ne parvenait à inquiéter Courtois. Côté madrilène, Benzema, encore lui, voyait sa frappe passer largement au-dessus des buts de Mendy (51e). Contrairement au premier acte, Chelsea décidait de laisser le ballon au Real Madrid et semblait gérer tout en se livrant moins, ce qui donnait lieu à une partie plus équilibrée mais aussi moins rythmée. Après les trois changements effectués par Thomas Tuchel, Chelsea remettait le pied sur le cuir mais manquait de justesse dans le dernier geste face aux hommes de Zinédine Zidane, qui faisait lui entrer Hazard face à son ancien club (66e).

Malgré quelques situations en fin de partie, aussi bien en faveur des Blues comme sur ce coup franc de Ziyech (79e), que pour les Merengues, via Varane (88e), le Real Madrid et Chelsea ne prenaient pas de risque et se quittaient dos à dos dans cette demi-finale aller de la Ligue des Champions (1-1), qui aura vu Karim Benzema inscrire son 71e but en C1 et devenir le quatrième meilleur buteur de la compétition à égalité avec Raul, seulement devancé par Cristiano Ronaldo, Lionel Messi et Robert Lewandowski. Léger avantage pour les hommes de Thomas Tuchel donc avant que les deux équipes ne se retrouvent à Stamford Bridge, mercredi 5 mai prochain, pour savoir laquelle de ces deux formations rejoindra la finale de cette édition 2020-2021.

L'homme du match : Kanté (7,5) : et si l'homme aux trois poumons existait et se nommait N'Golo Kanté ? Présent aussi bien offensivement que défensivement, le champion du monde français a harcelé le porteur du ballon, s'est rendu très disponible pour ses partenaires, et notamment pour Azpilicueta sur la droite, sans hésiter à se projeter grâce à son rôle lui laissant plus de libertés offensives sur le terrain. Un nouveau match de haut niveau pour l'ancien milieu de Leicester, qui confirme son retour en très grande forme cette saison. De bon augure pour Didier Deschamps et les Bleus avant l'Euro 2020...

Real Madrid

  • Courtois (6,5) : si certains doutaient encore du niveau de Thibault Courtois, il a une nouvelle fois confirmé qu’il était tout en haut. Toujours rassurant et vigilant sur sa ligne, il réalisait une parade incroyable devant Werner (9e) qui vaudrait bien un but. Sans ça, les Merengues auraient très certainement sombré dans cette rencontre. Il ne pouvait pas faire grand-chose sur le joli numéro de Pulisic pour l’ouverture du score des Blues (14e).

  • Carvajal (4,5): positionné en tant que piston droit ce soir, Carvajal a livré une prestation correcte sans plus. Il a n’a pas pris l’eau et a plutôt bien défendu puisque le jeu de Chelsea a largement penché sur le côté gauche du Real. Au fil du match, on l’a senti très emprunté physiquement. Mais rien de vraiment surprenant pour l’Espagnol puisqu’il faisait son grand retour dans le onze de Zidane. Remplacé par Odriozola (76e).

  • Militao (5) : impérial lors de la double confrontation face à Liverpool, Eder Militao est apparu moins impressionnant ce mardi soir. Dans une défense à trois, il n’a pas réussi à correctement se positionner et a très souvent été en retard dans son replacement ou dans son marquage. Il a été beaucoup mieux lorsque Zidane décidait de repasser à quatre derrière dans un système plus traditionnel et où le défenseur brésilien avait déjà brillé.

  • Varane (4,5) : le défenseur français faisait son retour dans la défense madrilène après avoir été testé positif à la Covid-19. Comme pour ses compères de l’axe ce soir, il a été très en difficulté dans les vingt premières minutes. Son repli défensif laissait à désirer sur le premier but de Chelsea. Il a haussé son niveau de jeu par la suite au moment où son équipe est repassée dans un système qu’il connaissait bien.

  • Nacho (4,5) : dans cette défense à trois, Nacho était positionné sur le côté gauche. Comme Marcelo, il a passé toute la soirée à souffrir et a laissé des espaces dans son dos. On l’avait vu serein et infranchissable face à Liverpool lors des quarts de finale, on l’a vu fébrile et désorganisé ce soir. Il a été mieux et plus à l'aise quand Zidane a décidé de le faire passer latéral pour ne pas voir Marcelo souffrir encore plus.

  • Marcelo (2,5) : voir le latéral gauche à ce niveau apparaît comme un crève-cœur. Il n’avait plus joué de match à élimination directe en Ligue des Champions depuis la finale gagnée en 2017, on comprend pourquoi. Positionné en tant que piston dans son couloir, Marcelo a été mauvais, voire très mauvais. En retard dans ses interventions, il a laissé des boulevards monstrueux dans son dos à chaque fois. Son manque de vitesse lui a été très préjudiciable. C’est aussi lui qui couvrait Pulisic sur l’ouverture du score de Chelsea (14e). Bref, une soirée très compliquée. Remplacé par Asensio (76e).

  • Modric (5) : comme Kroos, le Croate n'a pas brillé comme à son habitude. Mais il a été quand même assez influent dans le jeu de son équipe, brisant quelques lignes adverses par ses passes ou ses initiatives personnelles. Son aisance technique et son élégance sont toujours un régal pour les yeux, son intelligence tactique encore plus.

  • Casemiro (5) : son début de match n’avait pas semblé très rassurant, au contraire. Si le Real Madrid était aussi fébrile défensivement, c’est sans doute parce que Chelsea a parfaitement su bloquer et piéger Casemiro. Les Blues avaient réussi à attirer le Brésilien loin de la défense pour mieux jouer dans son dos. Ça a marché jusqu’à l’ouverture du score. Par la suite, il s’est repris même s’il n’a pas été aussi impressionnant que lors des quarts de finale.

  • Kroos (5) : un match globalement très correct de la part de l'international allemand. Son entame de match a été délicate, comme ses partenaires, mais il s’est clairement repris par la suite. Quand son équipe a monopolisé le ballon, il a comme souvent régalé avec des passes toujours plus belles et des décalages toujours aussi efficaces. Par contre, dans l'impact, là où il n'est pas le meilleur, il a souffert face à Ngolo Kanté notamment.

  • Benzema (7) : et si Karim Benzema réalisait sa meilleure saison sous les couleurs du Real Madrid ? Ce soir encore, il a ébloui le stade Alfredo Di Stephano de par sa classe et son élégance. Même sans toucher beaucoup de ballons, il réussissait à se montrer dangereux comme cette belle frappe sur le poteau d’Edouard Mendy (22e). Son but incroyable - une demi-volée pleine de spontanéité - qui remettait les siens sur de bons rails, parle de lui-même. Même dans son jeu dos au but ou dans son positionnement, le Français régal. Bref, Karim Benzema est un ami du football. Remplacé par Rodrygo (90+2e).

  • Vinicius (5,5) : auteur d’une prestation remarqué et remarquable au tour précédent face à Liverpool (il avait inscrit un doublé au match aller), Vinicius avait à cœur de prouver que ce n’était pas un coup de chance et qu’il était enfin capable de se montrer décisif dans un grand match de Ligue des Champions. S’il n’a pas été aussi remuant qu’à son habitude, le Brésilien a causé pas mal de soucis entre les lignes. Sa vitesse et sa percussion ont plusieurs fois permis à son équipe de remonter rapidement le ballon et donc de trouver des espaces sur les ailes notamment. Remplacé par Eden Hazard (66e). Le Belge a retrouvé quelques sensations, mais n'a pas été dangereux une seule fois.

Chelsea

  • Mendy (5,5) : l'ancien portier du Stade Rennais a bien fait le travail lorsqu'il a été sollicité, c'est à dire à très peu de reprises, comme sur ces ballons bien captés (9e, 19e). S'il a fait preuve de vigilance et s'est montré rassurant pour ses partenaires au cours de cette demi-finale aller, il a été heureux de voir de voir la frappe de Benzema terminer sa course sur l'extérieur de son montant gauche (23e). Le Sénégalais ne peut en revanche rien faire sur le boulet de canon envoyé par Benzema sur l'égalisation (29e). Match étrange pour le gardien de Chelsea.

  • Christensen (4,5) : l'international danois a été relativement discret dans cette partie, tachant de se rendre disponible dans la première relance pour créer des décalages balle au pied, comme à la 51e minute. Le point noir est qu'il a été fautif sur l'égalisation de Benzema puisque c'est lui qui était au marquage du buteur français (29e), car défensivement, il n'a pas vraiment été mis en difficulté autrement, comme le reste de sa défense.

  • Silva (5) : l'ancien capitaine du PSG a globalement livré une rencontre plutôt sérieuse, faisant parler sa présence au moment d'intervenir (9e, 41e, 61e, 76e). Offensivement, il n'a pas hésité à apporter quand le bloc bas du Real Madrid le permettait, comme sur ce corner obtenu grâce à sa frappe de loin contrée (37e). Il a toutefois fait preuve de passivité, comme Christensen, sur l'égalisation de Benzema (29e), ternissant quelque peu sa copie.

  • Rüdiger (5,5) : le défenseur allemand a gratté plusieurs ballons, comme à l'accoutumée en faisant parler sa puissance physique (7e, 54e, 75e). Balle au pied, il s'est montré plus à l'aise qu'à son habitude, à l'image de son ouverture sublime pour Pulisic à l'origine de l'ouverture du score (14e). Il a néanmoins perdu un duel aérien face à Militao, passeur pour Benzema sur l'égalisation des Merengues (29e). A noter quelques interventions décisives dans sa surface comme en fin de rencontre sur ce centre (86e).

  • Azpilicueta (4,5) : le capitaine des Blues a, comme Chilwell sur le côté gauche, enchaîné les aller-retours dans son couloir droit. L'ex-joueur de l'OM a apporté du danger offensivement (11e), en se montrant plutôt précis dans ses transmissions. Par contre, il s'est rendu coupable sur le but de Benzema en raison de son duel aérien perdu face à Casemiro. Défensivement, il a tenu son rang en effectuant plusieurs interventions (33e, 62e, 64e). Remplacé par James (66e), qui n'a pas vraiment eu l'opportunité de se montrer.

  • Kanté (7,5) : voir ci-dessus

  • Jorginho (6) : l'international italien, maître à jouer des Blues, a mis quelques minutes avant de rentrer dans son match. Il s'est vite rattrapé en intervenant à plusieurs reprises, comme dans sa surface (9e). Puis comme attendu, tous les ballons sont passés par lui du côté des Londoniens et il a rarement perdu le cuir, grâce à la qualité de ses transmissions, hormis sur quelques absences (50e).

  • Chilwell (5,5) : l'ancien arrière gauche de Leicester a multiplié les courses sur son côté gauche. S'il a vu sa frappe fuir le cadre de Courtois (25e), il a souvent buté sur Carvajal sur ses centres (12e, 28e). Il a globalement été plus en vue offensivement que défensivement par rapport au jeu proposé par les hommes de Zinédine Zidane dans cette demi-finale aller à Madrid.

  • Mount (6) : le milieu offensif anglais a eu un très gros volume de jeu, n'hésitant pas à redescendre pour porter le ballon vers l'avant. C'est lui qui est à l'origine de la première grosse occasion de la partie après un gros rush en solitaire (10e). Il a tenté de faire la différence à plusieurs reprises, aussi bien par la passe que par la frappe (46e, 69e), mais il a manqué de précision dans le geste décisif quand il en fallait.

  • Pulisic (7) : l'international américain a sorti un match de haut niveau pour son équipe. C'est lui qui a remisé intelligemment pour Werner, donnant lieu à la première occasion de la partie (10e). Puis il a ouvert le score en se jouant parfaitement de Courtois et des défenseurs du Real (14e) devenant au passage le premier Américain à marquer en demi-finale de C1. Le reste ? Il a constamment apporté du danger, provoqué des fautes, fait des différences et a beaucoup embêté la défense des Merengues par ses déplacements. Il a également souvent distillé des bons ballons en retrait mal exploités par les Blues. Averti pour un tacle illicite par derrière sur Marcelo (38e). Remplacé par Ziyech (66e), qui a vu son centre ne pas trouver preneur (70e) et sa frappe en cloche atterrir dans les gants de Courtois (74e), tout comme ce coup franc frappé par ses soins (79e).

  • Werner (3,5) : l'ancien serial buteur de Leipzig a vécu une nouvelle partie compliquée qui ne devrait pas redresser sa cote de popularité en Angleterre. S'il a été très remuant sur le front de l'attaque, il a aussi perdu plusieurs ballons, souvent bien pris par Varane dos au but (2e). Ses prises de balles ont été intéressantes, comme son pressing, mais il a pêché dans la finition, à l'image de ce gros raté à trois mètres de Courtois (10e) ou encore de cette frappe de loin (11e). Il a également été peu court sur un centre d'Azpilicueta (11e) et un autre de Pulisic (36e). Un match à l'image de sa première saison avec Chelsea. Remplacé par Havertz (66e), une fois de plus préféré à Abraham et Giroud en numéro 9, qui a apporté du danger pour les Blues, comme sur ce coup franc obtenu à l'entrée de la surface du Real (78e).

Plus d'infos

Commentaires