PSG : sale temps pour Mauro Icardi

Encore transparent vendredi soir face à Angers (2-1, 10e journée de Ligue 1), Mauro Icardi défraye la chronique en dehors du rectangle vert.

Mauro Icardi face à Metz
Mauro Icardi face à Metz ©Maxppp
La suite après cette publicité

C'est l'affaire du week-end. Un sujet qui, selon L'Équipe, brûle les lèvres au sein du vestiaire du Paris SG. Mauro Icardi (28 ans), autorisé à s'absenter de l'entraînement de ce dimanche, crucial à quelques jours d'un rendez-vous contre le RB Leipzig (3e journée de Ligue des Champions), a-t-il des soucis avec sa compagne et agent Wanda Nara ?

Une question qui peut paraître futile et qui a pourtant son importance tant elle concerne aussi l'aspect sportif de la carrière du buteur argentin, à quelques semaines du mercato, sa femme étant sa représentante officielle. Derrière toutes les considérations d'ordre privé et les dessous de cette affaire, qui ne nous regardent évidemment pas, toute cette agitation en coulisses explique peut-être en partie les difficultés du natif de Rosario, qui serait parti à Milan pour tenter de sauver son union, entre les quatre lignes.

Un apport proche du néant...

Vendredi soir, encore, alors qu'il était titulaire à la pointe de l'attaque parisienne aux côtés de Kylian Mbappé contre Angers (2-1, 10e journée de Ligue 1), l'international albiceleste (8 sélections, 1 but) a traversé la rencontre comme une âme en peine. Alors, certes, il est impliqué sur l'action qui entraîne le penalty de la victoire, transformé par Mbappé. Mais il est au préalable coupable d'une faute sur cette action. Facilement pris au piège du hors-jeu par la défense angevine, il a été très peu touché dans le sens du jeu par ses partenaires. On l'a d'ailleurs vu souvent s'agacer de mauvais centres ou d'oublis de ses coéquipiers pendant la rencontre.

Ses appels n'ont pas forcément été tranchants et son manque de dynamisme n'aide pas l'équipe de Mauricio Pochettino face à des blocs bas comme le SCO. Et l'occasion qui aurait pu le remettre dans le bain, il l'a clairement vendangée. Si son bilan statistique reste honnête (3 buts en 9 matches en L1), l'impression visuelle laissée par chacune de ses apparitions, comme à Bruges (1-1, 1ère journée de Ligue des Champions), est cruelle. À 8 M€ nets par an, après un transfert à plus de 50 M€, le PSG est en droit d'attendre beaucoup mieux, et ce, même s'il a peut-être quelques circonstances atténuantes...

Plus d'infos

Commentaires