Le naufrage défensif du LOSC

Par Maxime Barbaud
2 min.
Le naufrage défensif du LOSC @Maxppp

Giflé par le PSG ce soir 5-1 au stade Pierre-Mauroy, le LOSC s'est sabordé en offrant deux buts par des erreurs de Grbic, puis un troisième à la suite d'un mauvais dégagement de Botman.

La suite après cette publicité

La soirée avait tout pour être belle pour le LOSC. Le retour du public à Pierre-Mauroy, une affiche face au PSG et un espoir de se dire que l'actuel leader de la Ligue 1 était prenable. Puis tout à voler en éclat dès la 10e minute de jeu, la faute à une première erreur d'Ivo Grbic, qui va donner le ton à sa défense pour le reste de la rencontre. Lille a pris 5 buts ce soir (score final 5-1), dont trois directement liés à des fautes individuelles.

Gourvennec a immédiatement pris la défense de son portier en conférence de presse. «Je ne les explique pas (les erreurs). Il a fait de très bonnes choses, un match contre un top adversaire qui n'a perdu qu'un match en L1 à Rennes. On va discuter à froid, en début de semaine à tête reposer. On doit regarder ce qu'il s'est passé», temporisait l'entraineur des Dogues.

À lire Mercato : l’OGC Nice tente un dernier gros coup !

Les partenaires de Grbic ne lui reprochent rien

Responsable sur le second but parisien, en ne captant pas ce corner de Messi, le Croate a laissé Kimpembe marquer, puis a été imité en fin de première période par son défenseur, Sven Botman, coupable quant à lui d'un mauvais dégagement dans les pieds de Messi. L'Argentin n'avait alors plus qu'à battre Grbic. Avec déjà trois buts "offerts" au PSG dès la première mi-temps, il n'y avait plus grand-chose à espérer derrière.

La suite après cette publicité

«C'est sur, c'est compliqué mais ça peut arriver à tout le monde. On reste une équipe. Ça arrive de faire des erreurs. Il faut juste se relever et continuer», assurait Jonathan David face à la presse, ce que confirmait Amadou Onana. «Je pense qu'on gagne et on perd ensemble. Malgré les deux buts, on en prend trois autres où il a fait tout ce qu'il pouvait donc on ne lui reproche rien.» Grbic a le soutien de ses coéquipiers, c'est déjà ça.

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité