FC Barcelone : la tension monte entre le vestiaire et la direction

La presse espagnole souligne ce lundi la fracture grandissante entre le vestiaire et la direction du FC Barcelone. Explications.

Le FC Barcelone s'est rassuré sur le terrain mais...
Le FC Barcelone s'est rassuré sur le terrain mais... ©Maxppp

«La fracture du Barça». Le quotidien généraliste espagnol [*El Pais*](https://elpais.com/deportes/2019/09/29/actualidad/1569779286_571288.html] n'y va pas par quatre chemins. Le FC Barcelone se déchirerait en interne. Du côté de la presse madrilène, on insiste. [Marca->https://www.marca.com/futbol/barcelona/2019/09/29/5d8fa8c9ca4741182c8b45e6.html) y va de son «Futbol Caos Barcelona», listant les raisons et les signes de cette mésentente. Une atmosphère confirmée par Sport, journal pro-Barça : [«tension entre l'effectif et la direction»->https://www.sport.es/es/noticias/barca/tension-entre-plantilla-junta-directiva-7658127].

La suite après cette publicité

Gerard Piqué est le symbole de ces divergences d'opinions. [S'il a appelé à l'union sacrée au sortir de la victoire de la pelouse de Getafe (0-2, 7e journée de Liga)->http://www.footmercato.net/flash-mercato/barca-gerard-pique-lance-un-appel-au-club-a-rester-uni_264417], [succès qui rapproche les hommes d'Ernesto Valverde du Real Madrid leader au classement->http://www.footmercato.net/liga/liga-le-barca-ne-tombe-pas-dans-le-piege-tendu-par-getafe_264375], le défenseur central a également laissé entendre que tout n'était pas parfait. «Nous devons être solidaires, le public et la direction», a-t-il lâché, insinuant que des luttes d'influence s'exerçaient au sein du club, via la presse notamment et un récent édito publié par Mundo Deportivo sur le pouvoir des joueurs.

Valverde sous pression

Il y a quelques jours, il avait critiqué [ses supérieurs au sujet de la préparation estivale->http://www.footmercato.net/flash-mercato/barca-gerard-pique-met-en-cause-la-pre-saison_264146]. «La pré-saison n’a pas aidé à bien commencer la compétition, avec beaucoup de voyages et peu d’entraînement. Nous ne sommes pas dans le ton», avait-il lâché. Un dîner entre les joueurs la semaine dernière a été organisé pour faire retomber la pression. Mais le mal semble plus profond. Certains poids lourds du vestiaire n'ont toujours pas digéré l'issue du feuilleton Neymar et auraient réservé un accueil mitigé à Antoine Griezmann.

D'autres ont mal vécu cette affaire, ayant été cités comme de possibles monnaies d'échange, à l'image d'un Ivan Rakitic, indispensable il y a quelques mois encore et désormais cantonné au banc de touche. Ousmane Dembélé, invité à partir lui aussi, a résisté contre l'avis de ses dirigeants. Ses blessures à répétition créent de nouvelles zones de tensions. Enfin, dernier épisode en date, Arthur, ami du Parisien, a été repris par ses patrons après avoir passé la soirée avec lui la veille de son procès... contre le Barça. Ernesto Valverde doit composer avec tout cela à quelques jours d'un rendez-vous important en Ligue des Champions contre l'Inter Milan, intraitable en Serie A (6 victoires en autant de matches et 2 buts encaissés seulement)...

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires