OM : l'heure du départ a peut-être sonné pour Kostas Mitroglou

Kostas Mitroglou vit peut-être ses dernières heures sous le maillot de l'Olympique de Marseille.

Kostas Mitroglou lors d'un match de l'OM en septembre 2018
Kostas Mitroglou lors d'un match de l'OM en septembre 2018 ©Maxppp
La suite après cette publicité

«L'Aris veut faire boom avec Mitroglou». Sportime, quotidien sportif grec, affiche l'attaquant de l'Olympique de Marseille en Une ce jeudi. Kostas Mitroglou (32 ans), mis au placard au centre d'entraînement Robert Louis-Dreyfus depuis ses prêts à Galatasaray et au PSV, serait en effet en discussions très avancées avec l'Aris.

L'actuel 4e au classement de Super League, où évoluent les anciens de Ligue 1 Lindsay Rose et Zacharie Boucher, a visiblement jeté son dévolu sur l'international hellène (65 sélections, 17 buts). Les pourparlers sont même en bonne voie. L'intéressé sait qu'il devra nettement revoir son salaire à la baisse, mais il est prêt à consentir cet effort, car l'Aris lui offre quasiment une place de titulaire quand il sera physiquement prêt, d'ici 2-3 semaines selon les estimations évoquées en Grèce.

L'OM doit le libérer

Dépourvue d'un tueur des surfaces malgré une animation offensive intéressante, menée par Facundo Bertoglio et Xande Silva notamment, l'écurie du président Theodoros Karipidis est même déjà en train de lui faire de la place au sein de son attaque, puisque des négociations sont ouvertes pour le départ de Cristian Lopez (31 ans), ancien pensionnaire du RC Lens et du SCO Angers, pour le Real Oviedo.

Toujours est-il que, selon la publication locale, le club de Thessalonique attend désormais que le natif de Kavala, qui n'entre pas dans les plans d'André Villas-Boas, se libère de ses derniers mois de contrat avec l'OM. Rémunéré à hauteur de 300 000€ par mois environ, il cherche un terrain d'entente avec la direction marseillaise pour résilier. Les Olympiens, qui ne diraient pas non à une petite économie, ont donc la main pour peut-être enfin se délester d'un très lourd salaire, visiblement pointé du doigt par le reste du vestiaire dernièrement.

Plus d'infos

Commentaires