Premier League : le début de mercato paradoxal d'Everton

Après une saison compliquée, les Toffees espèrent rebondir et postuler à une place européenne. Mais la formation dirigée par Carlo Ancelotti peine à se renforcer en ce début de mercato.

Carlo Ancelotti pendant une rencontre des Toffees
Carlo Ancelotti pendant une rencontre des Toffees ©Maxppp

La saison dernière fut tout sauf un long fleuve tranquille pour Everton. Entre l'éviction de Marco Silva après une entame catastrophique, l'intérim de Duncan Ferguson et l'intronisation en décembre dernier de Carlo Ancelotti, les Toffees ont vécu une première partie d'exercice compliquée. Si l'arrivée d'Ancelotti a provoqué une certaine effervescence sur les bords de la Mersey, le manager italien a dû composer avec un contexte particulier pour son retour en Angleterre.

La suite après cette publicité

Les indisponibilités successives de Yerry Mina, André Gomes, Fabian Delph ou encore Jean-Philippe Gbamin n'ont pas aidé l'ancien entraîneur du PSG dans son opération reconquête. Résultat, Everton a achevé cette saison 2019-2020 marquée par une interruption suite à la pandémie du coronavirus, à une triste douzième place. La cuvée 2020-2021 s'apparente donc à l'heure du rachat pour les Toffees. Et pour hisser à nouveau les pensionnaires de Goodison Park dans le top 7 de la Premier League, un recrutement ambitieux est attendu par les fans.

Carlo Ancelotti atout majeur d'Everton dans un contexte économique compliqué

Mais paradoxalement, le club présidé par Bill Kenwright évolue sur courant alternatif depuis l'ouverture du mercato estival. En effet, si Everton profite d'une certaine attractivité grâce à la présence de Carlo Ancelotti, ses moyens économiques du moment l'appellent à la plus grande prudence. Malgré des ressources importantes, l'interruption de la Premier League liée à la crise sanitaire a provoqué des dommages collatéraux. Et le club de Liverpool ne peut plus se permettre aujourd'hui de sortir le chéquier à profusion comme ce fut le cas jadis... Les hautes sphères d'Everton visent donc un mercato cohérent et malin. L'arrivée du jeune latéral gauche Niels Nkounkou libre en provenance de l'OM incarne parfaitement cette philosophie.

Everton ne cassera plus sa tirelire comme l'été dernier par exemple (121 M€ dépensés). Ainsi, les grosses indemnités de transferts devraient se faire rares cet été... Mais cela n'empêche pas le directeur sportif Marcel Brands et ses collaborateurs de plancher sur les contours de l'effectif professionnel en concertation avec Carlo Ancelotti. Le technicien italien s'implique personnellement dans le mercato de son club. Ainsi, l'intéressé fut l'un des instigateurs de la venue du jeune Nkounkou comme nous vous le révélions. Selon nos informations, le coach transalpin a également échangé avec Abdoulaye Doucouré dans le cadre d'un futur transfert.

Everton s'active sur les dossiers Abdoulaye Doucouré et James Rodriguez

Des échanges fructueux puisque le milieu de Watford souhaite à tout prix rallier Everton. Les Toffees se heurtent pour le moment aux prétentions astronomiques du club londonien (30 millions d'euros) dans un marché qui se distingue par une certaine complexité en pleine crise sanitaire. Ainsi, leur première offre estimée à plus de 20 millions d'euros bonus compris a été éconduite par les Hornets. En parallèle, les discussions se poursuivent pour le transfert de James Rodriguez. Le Real Madrid réclamerait environ 25 millions d'euros ce qui freine les ardeurs anglaises dans ce dossier. Outre l'entrejeu, Ancelotti souhaiterait renforcer sa charnière centrale mais aussi le couloir droit de sa défense. Prêté par l'AS Monaco la saison dernière, Djibril Sidibé n'a pu être conservé (l'ASM souhaitait un transfert sec à 12 millions d'euros), malgré le forcing effectué par le manager italien pour le retenir.

Comme nous vous le révélions, le nom de Diogo Dalot (Manchester United) revenait avec insistance sur les bords de la Mersey. Pour se renforcer cet été, Everton devra surmonter multiples écueils et conserver ses meilleurs éléments comme Lucas Digne ou encore Richarlison et Dominic Calvert-Lewin qui sort d'une dernière saison prolifique (treize réalisations en 36 matchs). Postuler à une place européenne reste l'objectif escompté pour les troupes de Carlo Ancelotti sur la durée. C'est également le voeu du propriétaire Farhad Moshiri qui rêve de voir son équipe disputer l'Europe dans le nouveau stade dont les travaux devraient démarrer début 2021. Les prochaines semaines mettront en exergue la capacité d'Everton à façonner une équipe compétitive à n'en point douter...

Plus d'infos

Commentaires