Chelsea : les 7 péchés capitaux de Lampard

Arrivé à Chelsea sur la pointe des pieds à l'été 2019, Frank Lampard a directement insufflé une belle dynamique ce qui a conduit à une première saison réussie. Cependant, la seconde a été chaotique et il n'a pas résisté aux mauvais résultats. Licencié à mi-parcours, il paye les performances récentes certes mais aussi un climat délétère qui s'est installé depuis de longs mois.

Frank Lampard dépité lors de la défaite de Chelsea contre Arsenal
Frank Lampard dépité lors de la défaite de Chelsea contre Arsenal ©Maxppp
La suite après cette publicité

Depuis l'arrivée de Roman Abramovich à Chelsea en 2004, 12 entraîneurs se sont succédés et ils n'ont rarement duré. Frank Lampard est le dernier d'entre eux. Malgré une brillante carrière de joueur avec les Blues avec qui il a remporté la Premier League en 2005, 2006 et 2010 ainsi que la Ligue des Champions 2012, il n'aura pas réussi à s'imposer sur la durée. Limogé après seulement un an et demi, Frank Lampard avait pourtant idéalement débuté. Utilisé comme un paratonnerre par Chelsea à l'été 2019, il avait repris un effectif en forte régression et avait vite mis en place de séduisantes idées de jeu. Portée vers l'avant, son équipe s'est surtout distinguée par une belle utilisation des joueurs de l'académie. Ainsi, Mason Mount, Fikayo Tomori, Reece James, Tammy Abraham ou encore Billy Gilmour ont pris une autre dimension avec Chelsea sous ses ordres. Terminant quatrième du championnat et se qualifiant pour la Ligue des Champions, il a réalisé un véritable tour de force puisqu'il devait composer avec une interdiction de recrutement au moment d'entamer son mandat de coach.

Ayant acquis une certaine légitimité, il a pu bénéficier d'une belle enveloppe sur le mercato au moment d'aborder la saison 2020/2021. En faisant venir Kai Havertz (Bayer Leverkusen) pour 80 millions d'euros, Timo Werner (RB Leipzig) pour 53 millions d'euros, Ben Chilwell (Leicester) pour 50 millions d'euros, Hakim Ziyech (Ajax Amsterdam) pour 40 millions d'euros, Édouard Mendy (Stade Rennais) pour 20 millions d'euros ou encore Thiago Silva (Paris Saint-Germain), Frank Lampard se savait bien plus attendu pour ce nouvel exercice. Et après 19 journées de championnat, une neuvième place et une défaite contre Leicester (2-0), le couperet est tombé. Le technicien anglais n'est plus le coach des Blues. Une triste fin pour l'enfant du club qui en est d'ailleurs toujours le meilleur buteur avec 221 réalisations. Si ce départ est un peu brut et qu'il peut un peu étonner compte tenu du passé de Frank Lampard ainsi que de sa première saison positive, il était inéluctable.

Un divorce lent et pénible avec Marina Granovskaia

Arrivé à Chelsea en 2019 pour remplacer Maurizio Sarri, Frank Lampard a d'entrée été mis au parfum. Outre un salaire assez bas (4 millions de livres sterling par an, soit 4,5 millions d'euros annuels) pour un entraîneur de Chelsea, il n'a pas pu faire venir son entraîneur des gardiens de Derby County Shay Given et le club lui a imposé la présence d'Eddie Newton dans son staff. S'il a pu faire venir Jody Morris, Joe Edwards et Chris Jones à ses côtés, cela marquait les premières tensions entre la direction et Frank Lampard. Le média anglais The Athletic explique que la situation s'est doucement, mais durablement détériorée entre les deux parties. Si Frank Lampard a été, est et sera encore proche du propriétaire du club Roman Abramovich avec qui il jouit d'une belle entente, avec Marina Granovskaia la directrice du club, les choses sont différentes.

Régulièrement en contact avec sa supérieure, Frank Lampard a connu ses premiers grands désaccords à l'hiver 2020. Chelsea ayant réussi à mettre fin à son interdiction de recrutement au mercato de janvier, Frank Lampard espérait accueillir Hakim Ziyech (Ajax Amsterdam), Timo Werner (RB Leipzig) et/ou Pierre-Emerick Aubameyang (Arsenal) qui avait alors des envies d'ailleurs. Les deux premiers rejoindront le club seulement à l'été (accord trouvé à l'hiver pour Hakim Ziyech) tandis que le Gabonais ne viendra pas et prolongera même avec les Gunners. Cela a mené à quelques sorties du coach anglais sur le mercato où il a pointé du doigt la direction. Sa relation avec Marina Granovskaia qui n'était pas au beau fixe s'est fragilisée. Cette dernière et ses collaborateurs ont ainsi prospecté pour un remplaçant comme le rappelle le média anglais. Si Mauricio Pochettino (libre, ex Tottenham) et Julian Nagelsmann (RB Leipzig) plaisaient beaucoup, la quatrième place acquise par Frank Lampard avec un effectif limité qualitativement ne permettait pas de s'en séparer.

Les cas Kepa Arrizabalaga et Declan Rice

Conforté avec un mercato coûteux cet été, il a de nouveau eu un bras de fer avec sa direction. Souhaitant un nouveau gardien, il a défié sa direction qui souhaitait s'appuyer sur Kepa Arrizabalaga, un gardien qui avait coûté 80 millions d'euros deux ans plus tôt. Finalement, les événements ont joué en sa faveur puisque les performances catastrophiques du portier espagnol contre Brighton et Liverpool en début de saison ont forcé Chelsea à aller chercher en catastrophe Édouard Mendy. Le mercato, véritable dossier sensible puisqu'à part Ben Chilwell, les recrues estivales ne sont pas des idées propres à Frank Lampard et ce dernier souhaitant solidifier le secteur défensif avec Declan Rice. Un joueur que la direction n'a pas voulu reprendre face à un prix demandé de 80 millions d'euros et surtout le statut du milieu de West Ham. Car si le talent de Declan Rice n'a pas posé souci, c'était surtout le fait que le joueur a été formé puis laissé par Chelsea.

Voulant solidifier avant tout la défense, il aurait également aimé attirer James Tarkowski de Burnley tout en laissant partir Fikayo Tomori, Marco Alonso et Antonio Rüdiger. Même le capitaine Cesar Azpilicueta n'était pas jugé indispensable pour Frank Lampard. Au final, tous ces joueurs sont restés au club cet été. Le mercato a entraîné le technicien anglais à composer avec ses recrues et ses joueurs de la saison passée. À la recherche d'une alchimie, il a tenté de nombreuses expériences. C'est ainsi que Timo Werner qui était arrivé pour le poste d'avant centre s'est retrouvé sur l'aile gauche. Kai Havertz a aussi été baladé à tous les postes. Des choix critiqués par la direction de Chelsea qui souhaitait avant tout que son coach utilise les joueurs à leur poste préférentiel. Ces derniers pour le coup n'ont pas été dans le conflit avec Lampard comme l'explique The Athletic, mais ils auraient souvent signalé un manque de communication du technicien anglais et des séances d'entraînement trop dures cette saison compte tenu de l'accélération du calendrier pour cause de Covid-19. Rêvée, l'idylle de Frank Lampard a magnifiquement commencé avant de se détériorer et d'atteindre un point de non-retour comme toutes les histoires d'amour. Marina Granovskaia a sonné la fin de la récréation en le limogeant. Son successeur, Thomas Tuchel, aura donc fort à faire et devra se montrer coopératif avec une direction qui maîtrise le club d'une main de fer. Quand on se souvient du passif de l'ancien coach du Paris Saint-Germain dans le domaine du relationnel, il y a quelques raisons d'être inquiet...

Plus d'infos

Commentaires