Les lendemains d’élimination de l’OL en League Europa face au CSKA Moscou auront des conséquences. Après cette désillusion qui a poussé Genesio à exprimer sa colère et sa déception hier soir, l’entraîneur des Gones était à nouveau présent face à la presse ce vendredi. Place maintenant au championnat et à la rencontre de la dernière chance pour accrocher le podium. Ça sera face à l’OM ce dimanche pour le compte de 30e journée de Ligue 1. Une défaite et l’OL serait quasiment éliminé dans la course aux places qualificatives pour la Ligue des Champions.

Sauf que cette conférence de presse a démarré avec pas mal de retard. Et pour cause, RMC affirme que Jean-Michel Aulas a rencontré son staff durant 2h30 pour une réunion improvisée au sein même de l’infirmerie du club car le président lyonnais s’y rendait pour soigner son genou. Le média précise que rien n’a filtré de cet entretien. Quelques instants plus tard, Genesio se rendait en conférence de presse et confirmait qu’il avait eu un échange avec Aulas.

Genesio reconnaît que ça sent la fin

« En dehors de m’apporter son soutien, le président a une analyse, une ténacité, une façon d’exprimer les choses qui aident beaucoup l’entraîneur. Si le club en est là depuis 30 ans, c’est en grande partie grâce à cette relation président-entraîneur qui reste très forte. Elle restera très forte quoiqu’il arrive. Je ne suis pas un rêveur non plus, je connais bien le monde du football. Quoi qu’il arrive à l’avenir, elle restera très forte. Démissionner ? Non parce que ça serait fuir. Ce serait laisser le club en cours de route, ce serait abandonner le navire, ce serait facile, trop facile. Donc je ne vais pas faire une chose que je reprocherais à mes joueurs. » S’il se refuse à démissionner, il reconnait que la fin de son expérience se rapproche.

« Je dis souvent que l’institution doit être au-dessus de tout et d’ailleurs y a un grand entraîneur qui l’a dit à ce sujet. Ce qui est important c’est l’institution, le club. Mon cas personnel sera ce qu’il doit être en fin de saison et je l’accepterai, quel qu’il soit. Parce que ça fait partie du métier, et quelle que soit la décision je n’ai aucune rancœur et même encore plus de reconnaissance et de respect. » Des mots très lourds de sens quand on connaît la situation sportive de Genesio. S’il n’abandonne pas le navire, il est tout proche de passer par-dessus bord.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10