Le retour du bus. Ce fameux bus que José Mourinho installe devant les buts de son équipe quand il le juge nécessaire, et qu’il critique lorsque les autres équipes ont l’outrecuidance de jouer trop bas. Cela a fonctionné hier à Anfield face à Liverpool, puisque Manchester United a récolté un point, après un match parfois intense, rarement spectaculaire, achevé sur le score de 0-0. Une statistique a fait jaser hier soir et s’affiche dans les médias anglais ce matin : 35 % de possession pour Manchester United, le pourcentage le plus bas de son histoire en Premier League. Pas vraiment valorisant pour un club qui dépense sans compter sur le marché depuis quelques années…

Que pouvait répondre Mourinho aux journalistes qui allaient l’attaquer sur ce point ? La réplique, cinglante, n’a pas tardé à fuser. « La saison dernière, MU a gagné ici avec un seul tir cadré contre 14 pour Liverpool. Aujourd’hui, Liverpool n’a cadré que deux tirs avec 65% de possession. Vous devriez critiquer Liverpool, pas nous. 65% et deux tirs... c’est leur problème, pas le nôtre », a-t-il lancé en conférence de presse. En inversant le problème, Mourinho a placé Liverpool face à ses responsabilités. Et visiblement, Jürgen Klopp, l’entraîneur des Reds, semble d’accord avec cette analyse.

Klopp d’accord avec Mourinho !

« Je ne suis pas heureux avec ce match. C’était mouvementé. Il y avait de la pression partout. Je ne pense pas que nous avons joué aussi bien que nous l’aurions voulu. C’est notre faute, celle de personne d’autre », a-t-il affirmé, relayé par Skysports. « Il y a bien eu quelques parades de De Gea mais notre performance n’a pas été celle qu’elle aurait dû être ». La clairvoyance et la remise en question de Klopp tranchent avec le style de Mourinho, c’est une certitude.

Avec 35 % de possession malgré la présence de joueurs comme Pogba ou Ibrahimovic, Mourinho est ciblé par de nombreux médias et observateurs depuis hier soir. Ce qui ne l’empêche pas d’achever son travail de destruction en conférence de presse. « Vous dites qu’ils sont la huitième merveille du monde, parmi les meilleures attaques du monde, mais ils sont aussi une équipe défensive, qui pense à défendre. Je pense que leur intention était de nous contrôler, mais nous avons contrôlé le match tactiquement et aussi émotionnellement. » Mourinho n’a définitivement pas changé.