Officiel : David Beckham quitte le Real pour les USA !

C'est officiel, du moins c'est ce qu'il a affirmé aujourd'hui dans "The Sun" : David Beckham va quitter le Real Madrid à la fin de la saison et s'engager pour cinq ans avec les Los Angeles Galaxy !

La suite après cette publicité

Après des semaines de négociations avortées et de spéculations en tout genre, l'ancien capitaine de la sélection anglaise a décidé de mettre un terme à son histoire madrilène. Désabusé par sa présence quasi-permanente sur le banc de touche des Merengue cette saison, et en froid avec Fabio Capello depuis l'arrivée de celui-ci à la tête du Real, Beckham n'avait guère d'autre solution que de quitter le navire, pour profiter de ses dernières années de carrière qu'il lui reste. A 31 ans, celui que la presse anglaise surnomme "Becks", en a pourtant bluffé plus d'un en décidant de s'exiler outre-atlantique, dans le club présidé par l'ex-international américain Alexi Lalas. Alors que, sur le plan sportif, l'Inter paraissait être une destination logique pour Beckham, l'Anglais a préféré terminer sa carrière (car il est peu probable qu'il fasse un retour en Europe à 36 ans) dans un pays moins enclin à lui offrir un réel challenge sportif, mais prédisposé par contre à accueillir une image, une star de son envergure.

D'un point de vue financier, on ne peut pas dire que l'ancien mancunien se sera trompé. Il quittera le Real à la fin de la saison, quand son contrat arrivera à son terme, ce qui veut dire que la Maison Blanche ne touchera (presque) rien sur son transfert. Dans le même temps, Beckham va signer un contrat astronomique, qui le verra empocher la plus que coquette somme de 190M€, de quoi s'assurer une retraite dorée sur la côte ouest...

Après 8 saisons phénoménales passées à Manchester, où il a engrangé les titres, Beckham n'a jamais vraiment décollé au Real, où certaines (mauvaises ?) langues ont affirmé que l'arrivée du britannique était plus liée à la vente des produits dérivés du Real que pour ses qualités footballistiques. Durant ses quatre saisons passées à Santiago Bernabeu, l'ancienne idole de Manchester Utd n'aura qu'une misérable place de finaliste de la Coupe du Roi (2004) à ajouter à son palmarès. Un joli gâchis.

Enfin, dans ce départ de Beckham il faut voir le départ d'une icône, représentative du déclin de l'ère des "Galacticos" à Madrid. Depuis trop longtemps les dirigeants madrilènes ont oublié que la bonne image du club passe quoi qu'il arrive par les résultats sur le terrain, et non pas par les noms de stars inscrits sur la feuille de match. Vierge de trophée depuis 2003, la Maison Blanche doit remettre sa politique de recrutement en question si elle a un jour envie de retrouver de son sublime.

Plus d'infos

Commentaires