PSG : l’impressionnante prise de pouvoir de Bradley Barcola

Par Josué Cassé
4 min.
Bradley Barcola en action avec le PSG. @Maxppp

Accroché (2-2) par le Stade Brestois en clôture de la 19e journée de Ligue 1, dimanche soir, le Paris Saint-Germain a manqué une belle occasion de solidifier sa suprématie nationale. Malgré une prestation collective globalement terne, le club de la capitale peut toujours compter sur son nouvel homme fort : Bradley Barcola.

Ne leur parlez pas d’âge. Dans le sillage de l’extraterrestre Kylian Mbappé, une horde de jeunes talents parisiens tire dans le même sens pour s’imposer au plus haut niveau. Si Warren Zaïre-Emery, du haut de ses 17 ans, est régulièrement loué pour ses qualités au-dessus de la moyenne, une autre pépite francilienne impressionne et semble faire partie de cette caste resserrée. Son nom ? Bradley Barcola. Arrivé de l’OL l’été dernier, l’ailier droit, appartenant à la génération 2002, continue en effet de bluffer son monde. D’abord critiqué par certains pour un manque de réalisme offensif, le natif de Lyon brille, aujourd’hui, par sa capacité à changer le cours d’un match.

La suite après cette publicité

Barcola enchaîne au plus haut niveau !

Buteur contre Nantes lors de la 15e journée de Ligue 1, le numéro 29 des Rouge et Bleu s’était également montré décisif en ouvrant le score sur la pelouse du RC Lens, le 14 janvier dernier. Titulaire lors des cinq dernières sorties parisiennes en championnat, le joueur formé à l’OL profitait, une nouvelle fois, de la confiance de Luis Enrique contre le Stade Brestois, dimanche soir. Doué techniquement et percutant dans son couloir, il ne tardait d’ailleurs pas à lui rendre en adressant une merveille de passe à Marco Asensio, auteur du premier but parisien. Aux côtés de Kylian Mbappé et Randal Kolo Muani, lui aussi buteur, Barcola a tout simplement éclairé le jeu du PSG. Surfant sur la confiance accumulée au cours des dernières semaines, la pépite parisienne a ainsi souvent mis a mal Kenny Lala, distillant par ailleurs de nombreux ballons dangereux dans le dos de la défense brestoise.

À lire PSG : le cas Marco Asensio pose question

Une clairvoyance dans la dernière passe également remarquée juste avant la pause où il trouvait une nouvelle fois Asensio avant que la frappe de l’Espagnol ne soit repoussée par Marco Bizot. Opportuniste, RKM en profitait, malgré tout, pour faire le break. Alors, certes, le PSG a globalement déçu sur le plan collectif - provoquant l’immense frustration de Luis Enrique - mais sans Barcola, nul doute que le visage affiché par les champions de France en titre aurait été bien plus morose. Symbole de cet impact ? Sa complicité remarquée avec Kylian Mbappé. Comme à Lens, Barcola a, en effet, brillé par sa capacité à libérer des espaces pour le Bondynois, tout en le servant dans des positions idéales (45e+1, 68e, 87e).

La suite après cette publicité

Le premier carton rouge de sa carrière !

Si l’ancien Monégasque a lui fait preuve d’un manque de réussite certain, les décrochages de son jeune coéquipier ont souvent déséquilibré l’arrière-garde du SB29. De quoi valider le choix de Luis Enrique de ne plus se passer de lui dans son onze de départ, à l’exception des deux rencontres de Coupe de France où il était resté sur le banc. Une prise de pouvoir également perceptible au niveau des chiffres… Ainsi, depuis la saison passée, Barcola est le deuxième joueur le plus décisif en L1 (18 fois, avec 7 buts et 11 passes décisives) après Elye Wahi (27) parmi les talents nés à partir de 2002. Auteur de 13 duels remportés (sur 22 disputés), de 7 dribbles réussis sur 10 et d’un sérieux défensif (4 ballons récupérés), Barcola a, cependant, vu sa prestation quelque peu ternie par un carton rouge reçu dans les derniers instants.

D’abord averti pour contestation (90e+1), il a finalement été expulsé trois minutes plus tard après avoir reçu un second avertissement pour une faute inutile sur Billal Brahimi (90+4e). Une triste fin pouvant d’ailleurs justifier la retenue de Luis Enrique au moment d’évoquer la prestation de son protégé en conférence de presse. «Si Barcola est un joueur majeur de notre équipe ? Non. Tous les joueurs sont des joueurs majeurs, je ne fais pas de distinction entre les joueurs», assurait ainsi l’Espagnol, visiblement très marqué par le scénario de cette rencontre. D’ores et déjà suspendu pour le déplacement à Strasbourg vendredi prochain, le jeune tricolore risque, de son côté, de manquer d’autres rendez-vous si la commission de discipline de la Ligue venait à le sanctionner plus durement.

La suite après cette publicité

Classement live

# Équipe Pts J DIF G N D BP BC
1 PSG PSG 63 28 41 18 9 1 65 24
2 Brest Brest 53 28 18 15 8 5 41 23

Dans cette optique, la nouvelle pépite du PSG pourrait d’ailleurs louper le 8e de finale de Coupe de France contre… Brest, le 7 février prochain. Une chose est sûre, malgré la première expulsion de sa carrière, Bradley Barcola, crédité d’un 7 par la rédaction FM pour sa prestation face à Brest, s’impose, aujourd’hui, comme un pilier de cette équipe parisienne où Luis Enrique ne semble jamais vouloir graver de hiérarchie dans le marbre. «Je suis très content de l’attitude de mes attaquants mais si on veut avoir pour ambition tous les titres, il faut compter sur tous les attaquants, qu’ils sortent de leur zone de confort et qu’ils soient encore meilleurs. C’est la clé pour moi», rappelait, à ce titre, l’ancien sélectionneur de la Roja. Un discours qui n’effraie décidemment pas le gamin de Lyon…

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité