Vous en avez désormais l’habitude, Foot Mercato vous propose régulièrement de partir à la découverte de footballeurs ayant décidé d’exercer leur métier aux quatre coins de la planète bleue. Globe-trotteurs ou presque, ces joueurs allient leur passion pour le ballon rond à leur désir de se confronter à de nouvelles cultures et à de nouveaux horizons. Aujourd’hui, nous vous proposons de faire escale chez Hakim Boumelaha. Contacté par nos soins, l’attaquant vous raconte son parcours :

« Alors, j’ai fait ma formation au FC Bâle en Suisse. Puis j’ai signé à St-Gall, toujours en D1 Suisse. Après, j’ai été à Dubaï en D1, en Finlande, à Bahreïn. Je suis allé en Suisse en D2, puis en D1 thaïlandaise. Je regrette de ne pas avoir eu la chance de pouvoir rester dans un club quelques années, c’est vrai. Mais c’était pas mal, même s’il y a eu des pays où ça n’a pas été facile de s’intégrer. Je pense notamment à la Finlande par exemple, la culture est trop différente de la Suisse ou de la France ».

Vous l’aurez donc compris, le natif de Mulhouse a multiplié les voyages dans de nombreuses régions du globe. Et si la mentalité finlandaise ne lui a pas laissé un souvenir exceptionnel, ses expériences plus exotiques ont en revanche su le séduire, lui qui avait même refusé une proposition allemande pour rallier Dubaï : « En fait, j’avais eu une offre de Dubaï mais aussi une autre en Allemagne. J’ai refusé, mon manager m’a dit de signer à tout prix à Dubaï donc j’ai signé à Dubaï. Ça s’est super bien passé, mais quand tu es étranger là-bas, ils veulent que tu marques à chaque match. Tu peux te faire virer à tout moment. Par contre, à Bahreïn, ils ont une mentalité plus à l’européenne ».

Dubaï et Bahreïn, voilà donc deux destinations que Hakim Boumelaha apprécie tout particulièrement. Et d’ailleurs, il pourrait y retourner rapidement. En effet, aujourd’hui libre de tout contrat, le joueur devrait décider d’attendre la fin de l’été pour prendre la direction de l’une de ces deux contrées : « Aujourd’hui, je suis libre, mais je peux signer en D1 Finlandaise. Soit à Haka, soit à Inter Turku, ce sont deux bonnes équipes de D1. Mais je ne peux pas signer dans plus de deux clubs par an donc je m’entraîne en attendant. Mais je pense signer au Qatar ou à Dubaï une nouvelle fois au mois d’août. Je vais me préparer à fond pour pouvoir signer aux Émirats ou à Dubaï, voire Oman ».

Suisse, Finlande, Thaïlande, Dubaï ou bien encore Bahreïn... l’attaquant a tout connu, mais n’a pas eu le plaisir d’évoluer en France. Un cas de figure qu’il ne regrette guère : « J’ai eu des contacts avec des clubs français à l’époque. Mais comme je jouais dans la meilleure équipe de Suisse, j’avais connu le banc étant jeune et je ne voulais plus être sur le banc mais plutôt jouer les matches. Aujourd’hui, ça ne m’intéresserait même pas. Et vu mon âge (30 ans), j’ai pris l’habitude de l’aventure. Et puis d’un côté, c’est une bonne adrénaline, c’est devenu une habitude. Ce que je souhaite, c’est juste de m’amuser encore quelques années ». Et bien c’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Dans le même thème :

- Rencontre avec ces Français du bout du monde : Sylvain Idangar

- Rencontre avec ces Français du bout du monde : Derek Decamps

- Rencontre avec ces Français du bout du monde : Philippe Billy

- Rencontre avec ces Français du bout du monde : David Le Bras

- Rencontre avec ces Français du bout du monde : Stéphane Auvray

- Rencontre avec ces Français du bout du monde : Michaël N’Dri

- Rencontre avec ces Français du bout du monde : Vincent Laban

- Rencontre avec ces Français du bout du monde : Romain Gasmi

- Rencontre avec ces Français du bout du monde : Aurélien Montaroup

- Rencontre avec ces Français du bout du monde : David Camhi

- Rencontre avec ces Français du bout du monde : Yacine Si Salem

- Rencontre avec ces Français du bout du monde : Aimé Lavie

- Rencontre avec ces Français du bout du monde : Antonin Trilles

- Rencontre avec ces Français du bout du monde : Mamadou Diakité